Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur 47 éditoriaux importants parus dans la presse US, seulement 1 était opposé aux frappes de Trump sur la Syrie (Fair)

par Fair 14 Avril 2017, 04:48 Médias Bombardement Trump Shayrat Collaboration Impérialisme USA Articles de Sam La Touch

Des 100 premiers journaux étatsuniens, 47 ont publié des éditoriaux sur les attaques aériennes en Syrie du président Donald Trump la semaine dernière : 39 étaient en faveur, 7 étaient ambigus et seulement 1 était opposé à l'attaque militaire.

Autrement dit, 83% des éditoriaux ont soutenu les bombardements de Trump sur la Syrie, 15% ont pris une position ambigüe et seulement 2% ont déclaré que l'attaque n'aurait pas du arriver. Les sondages ont montré que le public étatsunien étaient beaucoup plus partagés : Gallup (7.04-8.04.17) et ABC/WASHINGTON POST (7.04-9.04.17) montraient tous les deux que 51% supportaient les attaques aériennes et 40% étaient opposés, tandis qu'un sondage pour CBS (4/7-9/17) a retrouvé que 57% étaient en faveur et 36% opposés.

La liste des éditoriaux avec des notes en faveur ou contre peut être vue ici. La liste des 100 premiers journaux étatsuniens fut tirée d'un article du Hill (5.10.16) de 2016.

Huit des dix premiers journaux étatsuniens ont soutenu les attaques aériennes; le Wall Street Journal (7.04.17), le New York Times (7.04.17), USA Today (7.04.17), le New York Daily News (8.04.17), le Washington Post (7.04.17), le New York Post (10.04.17), le Chicago Sun-Times (7.04.17) et le Denver Post (7.04.17) ont tous soutenu les bombardements.

Le San Jose Mercury News (7.04.17) et le LA Times (8.04.17) étaient ambigus, soulignant l'opposition passée de Trump au bombardement de la Syrie et l'insistance, selon les mots de San Jose Mercury News, sur le fait que Trump est devenu "sérieux dans la mise en place de politiques et la poursuite de la diplomatie."

Le seul éditorial qui s'est expressément opposé à l'attaque, est le Houston Cronicle (7.04.17), qu'il l'a fait principalement pour des raisons - non morales ou géopolitiques, mais constitutionnelles, "comme nous l'avons écrit il y a un an et demi, le président ne peut pas et ne doit pas utiliser la force militaire contre la Syrie sans un cadre législatif."

Le Cronicle - comme tous les éditoriaux de la liste - ont accepté la culpabilité du gouvernement de Bachar Al Assad dans l'attaque chimique du 4 avril sur Khan Cheykhoun, omettant les qualificatifs usuels tels que "présumé" ou "accusé"...

Sur 47 éditoriaux importants parus dans la presse US, seulement 1 était opposé aux frappes de Trump sur la Syrie (Fair)

Haut de page