Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au nom de la France, guerres secrètes au Rwanda

par Sam La Touch 8 Avril 2014, 14:26 Articles de Sam La Touch France Rwanda Génocide Guerres secrètes

Au nom de la France, guerres secrètes au Rwanda
Au nom de la France, guerres secrètes au Rwanda
par Benoît Collombat et David Serveney.



Résumé :

Que faisaient au Rwanda ces militaires français, avant et pendant le dernier génocide du XXe siècle ? Ont-ils joué un rôle, et lequel, dans l'attentat contre l'avion du président Habyarimana, cette 'ténébreuse affaire 'qui a déclenché le début des massacres, le 6 avril 1994 ? Quelles opérations militaires clandestines ont été conduites au Rwanda ? Dans quel but ? Des armes ont-elles été vendues et livrées au gouvernement du génocide ? Auprès de qui ces soldats, dont le plus célèbre d'entre eux, Paul Barril, prenaient-ils leurs ordres à Paris ? Et que savaient les hauts responsables politiques et administratifs français de ce qui se préparait ? Pour répondre à ces questions toujours brûlantes, Benoît Collombat et David Servenay ont retrouvé des archives inédites et rencontré les témoins : politiques, militaires, 'barbouzes ', etc ., dont certains, vingt ans après les faits, ont souhaité témoigner pour l'Histoire.
Dans ce livre d'enquête, ils démontent les entreprises d'intoxication politico-médiatiques qui ont voulu exonérer la responsabilité de notre pays, et racontent l'engrenage qui a conduit la France à mener une diplomatie secrète aux confins de l'Afrique, et à compromettre son armée dans une guerre qui s'est accompagnée d'un génocide : le massacre planifié de près d'un million de Tutsi et de Hutu modérés par le régime extrémiste de Kigali, durant l'été 1994.

Extrait :

Face au soutien inaltérable de la France au régime Habyarimana, les services de renseignement français semblent totalement impuissants à influer sur la décision politique. À lire leurs notes, ils sont pourtant plus réalistes et clairvoyants que les hommes de l’Élysée. « Le Rwanda a suscité beaucoup d’amertume au sein de la boîte, relève Alain Chouet en évoquant ses années à la DGSE. Quand vous dites pendant des années : « Chef, chef, vous vous trompez de tribu » et que personne ne vous écoute… Joxe nous écoutait, mais il n’avait pas vraiment voix au chapitre, sur ce dossier qui était directement traité à l’Élysée et par l’état-major particulier de la Présidence. »

Ainsi, lors du lancement de l’opération Turquoise, la DGSE a cette phrase éloquente et visionnaire : « Quelle que soit l’option retenue, le danger est grand pour la France de se voir accuser, au mieux de n’avoir pu remplir la mission qui lui avait été confiée, au pire de passer pour complice de l’actuel gouvernement rwandais. »

Une analyse réfutée par l’Élysée.

commentaires

Haut de page