Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'impérialisme d'Obama (BAR)

par Margaret Kimberly 3 Avril 2014, 12:25 Impérialisme Obama Poutine USA Ukraine Russie Crimée Articles de Sam La Touch

L'impérialisme d'Obama (BAR)
L'impérialisme d'Obama
Freedom Rider: Obama’s Imperialism
par Margaret Kimberly
Black Agenda Report

Traduction SLT

Un empire agonisant est un endroit où il ne fait pas bon être. "Les capitalistes occidentaux tentent de conjurer leur propre effondrement économique en détruisant les pays qui pourraient être assez forts pour leur résister, notamment le Venezuela, la Russie, la Chine et l'Iran." Les impérialistes ne déguerpiront pas sans soubresaut.

"Il n'y a pas beaucoup de différence entre ma position [Irak] et la position de George Bush à ce stade. La différence, dans mon esprit, est de savoir qui est en mesure de diriger." - Barack Obama 2004

Comme nous l'avons souvent dit à Black Agenda Report, Barack Obama n'est pas un moindre mal mais est juste plus efficace.

Nous ne disons pas cela parce que nous possédons une mine d'informations confidentielles. Nous prêtons juste attention à ce qu'il a toujours dit.

Barack Obama a réussi à maîtriser l'art du marketing, c'est-à-dire de convaincre les gens d'acheter ce qu'ils n'auraient jamais acheté. En 2008, il s'est présenté comme le candidat anti-guerre alors qu'il n'en était rien. Quand il s'est présenté pour le Sénat en 2004, il a déclaré à un journaliste du New York Times qu'il "ne savait pas" comment il aurait pu voter l'autorisation d'utiliser la force pour envahir l'Irak. Il a également déclaré (voir plus haut) qu'il n'était pas vraiment différent de l'homme que les Démocrates étaient censés haïr.

Revenons à 2014 alors que l'Occident a organisé un coup d'Etat en Ukraine pour dresser militairement et économiquement cette nation contre la Russie. Quand Poutine répond en organisant un référendum pour favoriser le rattachement de la Crimée au territoire russe, son plan est très largement soutenu par les habitants de cette région. Malgré leur discours répétitif et stéréotypé sur la démocratie, les États-Unis et les pays européens n'apprécient pas les élections qui produisent des résultats contraire à leurs intérêts.

Apeler le président russe Vladimir Poutine avec des termes tels que "tyran, dictateur, Hitler, etc." est une prétexte pour des criminels en mal d'alibi pour justifier leur méfait. Quand Poutine a mis brutalement fin à la lutte pour l'indépendance tchétchène personne dans les grands médias, ou le Congrès étatsunien, ou dans les talk-shows ne l'a traité de de tels noms. Personne n'a proposé que son pays soit expulsé des pays du G8. Personne en Occident n'est intervenu.

Même au plus fort de la guerre froide, les Etats -Unis n'ont pas osé s'opposer de manière aussi flagrante avec l'Union soviétique, mais il semble maintenant que tous les paris sont ouverts. L'empire ne saura pas s'effondrer sans soubresaut, il agit plutôt comme un animal prédateur blessé qui peut encore mutiler et tuer. L'homme qui a apporté l'espoir à des millions de gens est en fait le président en poste le plus dangereux de l'histoire alors qu'un effondrement inévitable menace le monde.

Personne au sommet de la pyramide politique en Russie ou aux Etats-Unis, en France, en Allemagne ou au Royaume-Uni n'a pris de position modérée. Lorsque nous les voyons à l'oeuvre on ne peut les considérer comme justes devant leurs mensonges et leurs criminalités. En ce moment, nous assistons au retour du bon vieux impérialisme démodé et celui-ci est tout aussi dangereux aujourd'hui qu'il l'était il y a 100 ans, quand ces mêmes pays ont apporté la destruction de millions de personne.

Traduction SLT

commentaires

Haut de page