Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Libye. Soutien des USA et de l'Algérie au général Haftar (Sahel Intelligence)

par Sahel-Intelliegnce 12 Juin 2014, 12:04 Algérie USA Libye KhalifaHaftar CIA

Libye. Soutien des USA et de l'Algérie au général Haftar (Sahel Intelligence)
Libye. Soutien des USA au général Haftar
Sahel-Intelligence
(Cameroon Voice)
Par Frédéric Powelton

Des informations concordantes révèlent une action de soutien au général Khalifa Haftar, menée conjointement depuis une semaine par les Américains et les Algériens dans le but de l’exfiltrer du pays si nécessaire. Le général dissident mène depuis plusieurs semaines une offensive contre les djihadistes en Libye.

Ces informations ont officiellement été démenties à Alger, où la Constitution interdit à l’armée d’être déployée à l’extérieur de son territoire en temps de paix, mais pas par des sources sécuritaires. Les forces algériennes déployées en Libye seraient les commandos du 4ème régiment de parachutistes appuyés par des hélicoptères de combat et les hommes du GIS (Groupe d’Intervention Spécial), le service Action des opérations extérieures algériennes.

Les soldats américains appartiendraient au 317ème escadron des Forces Spéciales, relevant du SOCAFRICA (Commandement des opérations spéciales pour l’Afrique), dépendant de l’Africom. Cette unité a pour mission de « neutraliser » ou d’exfiltrer dans le plus grand secret des djihadistes recherchés par le FBI ou, lors d’accrochages, de rapatrier dans les meilleurs délais les commandos qui seraient gravement blessés. 25 000 soldats algériens ont été déployés le long de la frontière libyenne, dans le navire d’assaut amphibie USS Bataan, avec 1 000 marines à son bord.

Exilé aux Etats-Unis en 1986, le général Khalifa Haftar est devenu citoyen américain deux ans plus tard et fut recruté par la CIA en 1990. L’objectif de l’action américano-algérienne serait de le soutenir dans son action et, en cas d’échec, de le récupérer vivant. Ce général a été blessé le 4 juin dernier, suite à un attentat suicide qui le visait dans son quartier général de Benghazi.

Frédéric Powelton

commentaires

Haut de page