Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blaise Compaoré et la conquête définitive de la Côte-d’Ivoire par la France (Connection Ivoirienne)

par Isaac Pierre BANGORET (Écrivain) 26 Juillet 2014, 14:20 Côte d'Ivoire France Conquête Néocolonialisme Burkina Faso Blaise Compaoré Elysée

Blaise Compaoré et la conquête définitive de la Côte-d’Ivoire par la France (Connection Ivoirienne)
Blaise Compaoré et la conquête définitive de la Côte-d’Ivoire par la France
Par Isaac Pierre BANGORET (Écrivain)

Connection Ivoirienne

L’interview de Blaise Compaoré paru dans J eune Afrique, de manière concomitante à la conférence de presse tenue par Hollande et Alassane Ouattara, nous introduit dans la grande manœuvre politico-militaire que prépare l’Élysée, en vue de la pacification du Burkina Faso et de la conquête définitive de la Côte d’Ivoire. Ouattara et Compaoré, à la solde de l’Élysée, ont à relever les mêmes défis ; il s’agit de suffoquer toute aspiration des démocrates de leurs pays respectifs à la souveraineté, en opérant, avec la bénédiction de la France, des choix politiques impopulaires, antidémocratiques. La résolution de la crise ivoirienne est, en effet, étroitement liée aux décisions politiques prises par le président Burkinabé qui tire les ficelles de la crise ivoirienne et de la partition du Mali. Son maintien à la tête du Burkina Faso est utile à la réinstallation d’Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire, d’où sa volonté de modifier l’article 37 de la Constitution de son pays, afin de mettre fin à toute limitation du mandat présidentiel. Compaoré s’inspire des manœuvres politiques de la France et d’Alassane en Côte d’Ivoire pour contourner la Constitution de son pays. Si la Commission électorale indépendante (la CEI) fut l’instrument politique utilisé par l’Élysée pour fragiliser la Constitution ivoirienne, en lui arrogeant des prérogatives propres à la Cour Constitutionnelle de notre pays, à savoir la proclamation officielle des résultats présidentiels, l’organisation d’un référendum au Burkina Faso est l’arme politique dont veut se servir Compaoré pour se maintenir, à vie, au pouvoir. La réussite de cette grande manœuvre politique, face à une opposition burkinabé vigilante et déterminée, dépend essentiellement de l’effet de surprise qu’il entretient volontairement. Jeune Afrique souligne, en fait, qu’en 2012, à la question : « envisagezvous de modifier la Constitution pour vous représenter en 2015 ? », il avait répondu que l’échéance était encore loin, qu’il n’y pensait pas car il avait d’autres priorités. En 2014, à un an des élections présidentielles, il affirme n’avoir encore rien décidé. Il réfléchit toujours et consulte les uns et les autres sur la question du référendum pour supprimer la limitation du nombre de mandats, comme sur celle de sa candidature si ce dernier la rendait possible. Et pourtant, dans la suite de son interview, Blaise Compaoré dévoile son intention de se maintenir éternellement au pouvoir , à travers un langage hermétique, un message codé qu’il transmet à son électorat (ses apatrides) à cheval sur la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Le véritable enjeu, souligne-t-il, réside dans l’organisation de scrutins véritablement démocratiques plutôt que de se focaliser sur des verrous constitutionnels destinés à limiter la durée de vie au pouvoir. « Au Burkina » ajoute-t-il, « notre histoire prouve que les gens sont mûrs, qu’ils peuvent faire leur choix en toute sincérité. Pour obtenir des résultats, en Afrique, nous avons besoin de plus de temps. Ce qui me préoccupe, c’est ce que deviendra le Burkina, trouver la bonne formule, garantir la stabilité, ne pas voir détruit tout ce qui a été mis en place. Je n’ai pas envie d’assister à l’effondrement de mon pays pendant que je me repose ou parcours le monde… ». Si Compaoré est hanté par la crainte de voir s’effondrer son héritage politique après lui, et veut s’accorder plus de temps au pouvoir, cela signifie qu’il considère, dans le secret de son cœur, que les burkinabé ne sont pas encore mûrs, contrairement à ce qu’il soutient publiquement.

Pour Ouattara et Compaoré, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso ne peuvent survivre à leur personne. Toutes leurs actions politiques s’articulent autour de leur égo.

Compaoré reprend pratiquement le discours prononcé par Ouattara, durant sa conférence de presse à Korhogo, quand il dévoile sa vision politique, et nous parle de sa conception du développement :
« Nous devrions nous concentrer sur les mesures qui ont un impact évident sur les populations : interconnexion électrique, mise à disposition de milliers de tracteurs pour nos paysans, aménagement de barrages, construction de routes, etc. De quoi d’autre, sérieusement, pouvons-nous parler entre le Burkina, le Malawi ou l’Égypte ? Traitons les problèmes pratiques, évidents. C’est à ce niveau que les Africains nous attendent. Contrairement à l’impression de départ, ou aux déclarations d’intention » « Mon obsession, ce sont les partenariats qui nous permettent de nous développer». Pendant que les démocrates burkinabé et ivoiriens, fils spirituels de Sankara et Laurent Gbagbo invitent leurs peuples respectifs à apprendre à pêcher, en assumant leur propre
destin, Ouattara et Compaoré sont hantés par leurs partenaires étrangers, d ’où leur volonté commune de fragiliser la Constitution de leurs pays respectifs, afin de recevoir leur légitimité de la Communauté internationale qui n’est, en réalité, que le monde de la Finance qui veut s’accaparer le pouvoir politique des peuples africains, après avoir conquis le pouvoir économique, par le biais de leurs multinationales qui nous invitent à nous endetter excessivement. Ouattara et Compaoré n’ont aucun poids politique véritable, sans le soutien de l’Élysée et de leurs partenaires économiques qui entretiennent des relations commerciales avec les gens de leur clan, pendant que le peuple doit être maintenu dans l’ignorance, il doit se contenter de routes, d’électricité etc… et croire surtout que ce qui brille est de l’or. Sankara et Laurent Gbagbo sont, contrairement à ces derniers, soit vénérés soit adulés par les populations démocrates. Sankara, de sa tombe, inspire toujours les démocrates africains qui veulent apprendre à pêcher, et non à mendier. Gbagbo, de sa prison (la Haye : la Gorée des Temps modernes), œuvre, quant à lui, à la libération morale, psychologique, économique, politique, des Africains, étape fondamentale à tout développement harmonieux, respectueux de la dignité des peuples, sans distinction de race, de sexe, de religion. Compaoré, qui invite les Africains à balayer devant leur propre porte, parce que responsables de leurs propres malheurs , doit témoigner, le premier, de sa bonne foi, en respectant la limitation du nombre des mandats présidentiels prévu par la Constitution de son pays. Une illimitation du nombre de ces mandats ne peut que favoriser l’éclosion de régimes dictatoriaux, indépendamment de la race ou du sexe, puisque Mussolini et Hitler, qui ont fini par s’imposer à leurs peuples, par la force des armes, n’étaient pas des Africains. Si les nations développées qui ont des institutions fortes ont jugé bon de limiter le nombre du mandat présidentiel, c ’est parce qu’elles tiennent à mettre un frein au caractère insatiable de notre nature humaine qui transparaît justement dans les discours de Compaoré.

Parler, en effet, de l’excès de viande qui ne gâte pas la sauce, selon ses propres termes, au moment où le journaliste Marwane Ben Yahmed évoque la guerre fratricide au Mali et le nombre pléthorique des médiateurs, dévoile, d’un point de vue psychologique, un trait de volupté, d’insatiabilité, de cynisme, qui caractériseraient Compaoré, qui prend un malin plaisir à suivre l’agonie de ses amis ; les déboires de Sarkosy , de Soro Guillaume et des Forces Nouvelles, comme un feuilleton, puisqu’il attend, avec impatience, ce que leur réserve la Cour pénale internationale, et comment finira la mise en examen du président français. Que dire alors du jeudi noir, de l’agonie de son ami et frère Sankara? Lorsque le journaliste évoque, justement, le souvenir de Sankara comparé au Che Guevara africain et lui demande s’il est gêné par ses propos, Compaoré affirme sans ménagement : « Pas le moins du monde. D’autres se souviennent qu’à son époque il n’y avait aucune liberté dans ce pays : ni de presse, ni d’association, ni d’entreprendre, ni syndicale, ni politique… D’ailleurs, les partis, nombreux, qui revendiquent sa mémoire et utilisent son nom n’ont jamais vraiment brillé. Il y a le mythe et il y a la réalité». Tout dépend de la conception que le président burkinabé a de la liberté parce que lutter pour modifier la Constitution de son pays, dans le but de demeurer éternellement au pouvoir, grâce à des élections supposées transparentes où l’électorat des apatrides récompensé, après avoir pris des armes pour soutenir Ouattara en Côte d’Ivoire, est acquis déjà à sa cause s’appelle : « manipulation politique du peuple burkinabé » et non conquête de la liberté. Les démocrates ivoiriens et burkinabé se doivent de comprendre que face à la coalition formée par Ouattara, Compaoré et l’Élysée, à la solde du monde de la finance, ils se doivent de former la coalition des démocrates africains, au-delà de leurs frontières respectives, de jeter les bases d’une Union identique à la CEE (la Communauté Économique Européenne) formée par la France et l’Allemagne pour être un moteur de développement politique et économique de la C ôte d’Ivoire et du Burkina Faso, respectueuse de nos Constitutions respectives, qui s’ouvrira progressivement aux démocrates maliens. La fragilisation de nos Constitutions par Ouattara et Compaoré a pour but de créer les conditions favorables à une nouvelle colonisation de l ’Afrique. Luttons donc pour préserver nos acquis, pour protéger nos Constitutions, en formant en Côte d’Ivoire une CEI légitime, en faisant obstacle au Burkina à une modification de l ’article 37 de leur Constitution.

Cette lutte politique obligera la France à signer des accords gagnant-gagnant qui nous permettront, par exemple, de développer une flotte aérienne moderne et non vétuste, très souvent à l’origine des drames que nous connaissons en Afrique puisque pour l’Élysée, notre continent est soit la poubelle soit le débarras du monde. C’est en Afrique que sont vendus des avions dont la France «protectionniste» n’a plus besoin. Condoléances aux familles françaises, burkinabé, espagnoles , à la compagnie Air Algérie… Nous ne pourrons limiter ce type de drame que si nos institutions politiques survivent à ces serviteurs de la France que sont Compaoré et Ouattara, qui se contentent d’être repus au milieu de peuples affamés qui ne jouissent pas des mêmes opportunités. Nous irons aux élections et enregistrerons une grande mobilisation historique des électeurs démocrates. Ce sera, pour nous, l’unique occasion de plaider la légitime défense si l’Élysée s’obstine, de nouveau, à voler à nos peuples démocrates leur souveraineté conquise dans les urnes. Personne ne pourra alors contenir les fleuves en crue…

commentaires

Haut de page