Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comment les indésirables ONU et France pourraient s'inviter et s'installer militairement au nord du Cameroun (Cameroon Voice)

par Léon Tuam 20 Février 2015, 19:04 ONU France Cameroun Armée française Françafrique

Hormis quelques Camerounais traîtres à leur pays et autres âmes nationales encore enveloppées dans la coque de la naïveté, l'écrasante majorité des Camerounais est fermement opposée à toute intervention des forces onusiennes et françaises dans la rébellion du nord Cameroun.

La si mince catégorie de Camerounais qui va parfois jusqu'à inviter le peuple de retirer son soutien aux armées camerounaises est tout simplement d'une ignorance et d'un aveuglement abyssaux. Et je m'explique.

Ces armées, bien que n'étant pas républicaines et au service d'un individu, font un travail louable, sans quoi les barbares sans foi ni loi qui sont au nord du pays auraient déjà mutilé et trucidé du monde pour faciliter la mainmise totale des Voleurs étrangers sur les richesses s'y trouvant. Ce sont des armées non républicaines, mais des armées à partir desquelles naîtront celles désirées.

Ladite forte opposition est liée au fait que ce peuple a appris beaucoup de l'ONU et de la France au fil des ans. Les sales histoires de l'ONU au Congo, au Rwanda, en Côte d'Ivoire, en RCA, au Soudan, en Irak, etc. Mais aussi celles fétides de la France au Cameroun depuis les indépendances, en Guinée Conakry, aux Congo, en Algérie, au Togo, Tchad, RCA, etc. restent encrées dans les mémoires.

Toutefois, reconnaissons que cette ferme et forte opposition des Camerounais à toute présence désarmée de ces deux Forces dans le nord du Cameroun n'est pas un élément assez décisif et dissuasif pouvant définitivement annihiler les ambitions de ces deux chasseurs-voleurs coriaces et entêtés.

Voyons ! Rouspéter, décrier et blâmer les velléités de ces deux compères (la France et l'ONU) et s'endormir est une erreur gravissime ; c'est oublier le courage et l'entêtement de mort qui les caractérisent ; c'est se comporter un peu comme quelqu'un qui jette des cris réprobateurs à un épervier qui vole et convoite ses poussins, puis s'étend et prend un somme.

Si la France insiste à être présente au nord de ce pays qui tend à lui échapper, les uns et les autres doivent deviner ou comprendre que cette partie de la terre d'Um Nyobé doit certainement regorger de nombreuses richesses naturelles, celles que nous connaissons et celles que seuls des ONG-espions et des avions-espions ont découvert et que nous ignorons encore.

Ces deux forces ne se mettent en action quelque part, l'une venant au secours de l'autre, sans qu'il y ait de grands enjeux économique et stratégique. Et à partir d'ici j'envisage et énonce deux scenarii qui amèneraient la France et l'ONU à s'inviter et intervenir militairement au nord du Cameroun pour atteindre enfin leur fin.

Premier scénario. Dans les jours à venir si un grand accent est mis sur les renseignements et que les rebelles et leurs collaborateurs au sein des populations sont repérés et sont en passe d'être anéantis, les deux bandits internationaux à travers des structures des droits humains parleront de crimes massifs et d'atteintes graves aux droits humains, pour passer à l'action.

Le deuxième scénario et le plus en vue. Ce serait une large attaque occasionnant des massacres terribles dans les camps des réfugiés nigérians ou centrafricains au Cameroun. Cela susciterait sans indécision ni question une intervention militaire de la France ou de l'ONU pour des raisons dites humanitaires : la voie royale pour arriver à la partition du Cameroun.

Il y a quelque temps déjà, dans un texte sur les réseaux sociaux j'avais suggéré un démantèlement de ces camps de réfugiés par leurs rapatriements organisés et installations dans les zones non affectées par des conflits dans leurs pays. Le fait que ce ne sont pas des personnes poursuivies par leurs gouvernements rend ceci bien faisable et dépendent alors des dirigeants des États concernés.

Ceci ne relève ni du cynisme ni du sarcasme, étant donné qu'en personne j'ai durant des années bu durement et abondamment dans la coupe des affres de l'exil. Cette position relève du réalisme et du pragmatisme bien mesurés, dans un monde où des Puissants sans pitié font pont de tout pour arriver où ils veulent.

Les Camerounais en particulier et les Africains en général doivent constamment garder à l'esprit ce que furent ces deux forces extérieures et ce qu'elles sont, pour mieux saisir ce qu'elles seront encore demain. Elles n'ont pas de cœur, elles ne nous feront pas de cadeau, elles sont comme des substances corrosives à la fois lentes et rapides. À nous de nous protéger, à nous d'être vigilants et courageux.

Léon Tuam

commentaires

Haut de page