Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

100 avions, 150 000 soldats, l'Arabie saoudite envahit le Yémen pour contrer l'Iran (Le Monde)

par Le Monde 27 Mars 2015, 06:34 Yemen Arabie Saoudite Iran Invasion Armée saoudienne

Le « péril iranien », agité par les soutiens du président Abd Rabo Mansour Hadi face à l'avancée éclair de la milice chiite houthiste au Yémen, a eu raison des tergiversations des puissances sunnites de la région. Une coalition de dix pays, emmenée par l'Arabie saoudite, a lancé, dans la nuit du mercredi 25 au jeudi 26 mars, une intervention militaire.

Mercredi, le président Hadi avait dû fuir son refuge d'Aden, dans le sud du pays, pour une destination tenue secrète face à la progression vers le sud des combattants houthistes, déjà maîtres de la capitale Sanaa. Depuis Washington, qui a annoncé un soutien logistique et en renseignement, l'ambassadeur saoudien, Adel Al-Joubeir, a donné le coup d'envoi à une opération aérienne, « limitée par nature », « contre le coup de force des houthistes ».

L'Egypte, le Soudan et la Jordanie ont confirmé leur participation à cette coalition, qui regrouperait le Maroc, le Koweït, les Emirats arabes unis, le Qatar, le Bahreïn et le Pakistan, selon la chaîne de télévision saoudienne, Al-Arabiya. La chaîne a annoncé l'engagement de 100 avions de guerre et 150 000 soldats saoudiens. Quatre navires de la marine égyptienne ont franchi jeudi le canal de Suez en direction du Yémen pour sécuriser le golfe d'Aden, selon des responsables du canal de Suez.

L'opération fait figure de test grandeur nature pour la force militaire arabe commune, un projet que l'Egypte et l'Arabie saoudite vont soumettre au sommet annuel de la Ligue arabe qui s'ouvre samedi 28 mars à Charm El-Cheikh (Egypte).

Les forces américaines, sans participer directement aux opérations, ont établi « une Cellule de planification conjointe avec l'Arabie saoudite pour coordonner le soutien américain », a précisé Bernadette Meehan, porte-parole du Conseil national de sécurité (NSC) de la Maison Blanche, qui a réitéré la nécessité de privilégier malgré tout le dialogue politique, sous égide des Nations unies.

Dans la nuit, des explosions ont retenti dans le ciel de la capitale Sanaa, sous contrôle houthiste, où les avions de la coalition ont visé le palais présidentiel, l'aéroport international, la base militaire d'Al-Douleimi et le bureau politique de la milice. Au moins 13 civils ont été tués dans des frappes contre un quartier résidentiel, selon la défense civile. Dans le sud du pays, la coalition a frappé la base aérienne d'Al-Anad, conquise par les houthistes mercredi.

L'aéroport d'Aden, brièvement occupé par les houthistes, a été repris après d'intenses combats par les forces loyales au président Hadi, selon des responsables locaux. Les combattants chiites, qui ont répondu par des tirs de missiles antiaériens, ont promis, par la voix de Mohammed Al-Boukhaiti, un membre du bureau politique des houthistes, de « faire face vaillamment » à « l'agression en cours ».

« Démarche dangereuse »

Limitée, l'opération militaire vise à empêcher les rebelles houthistes d'utiliser les aéroports et la flotte aérienne pour attaquer Aden, où est réfugié le président Hadi, et d'autres parties du Yémen, a précisé le ministre yéménite des affaires étrangères, Riyadh Yassine. Elle « se poursuivra jusqu'à achèvement des objectifs », a-t-il ajouté. L'Egypte n'a pas exclu une offensive au sol, tandis que les forces saoudiennes ont commencé à masser des armes antiaériennes et de l'artillerie à sa frontière avec le Yémen. Cette éventualité laisse les experts sceptiques tant elle s'annonce périlleuse.

L'intervention militaire a été accueillie avec soulagement par le gouvernement Hadi, plus que jamais acculé par les forces houthistes. Ses appels répétés à une intervention militaire et à l'imposition d'une zone d'exclusion aérienne n'avaient jusque-là pas été entendus. Les appels au dialogue de la communauté internationale n'ont pas davantage mis un terme aux ambitions houthistes. « Ils ont toujours choisi la voie violente », a accusé l'ambassadeur saoudien Joubeir, actant l'épuisement des efforts diplomatiques. Pour achever de convaincre ses voisins sunnites, le ministre Riyadh Yassine a agité la menace d'une prise de contrôle du Yémen par l'Iran, principal soutien des houthistes.

​La rivalité entre l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite avait déjà joué dans l'intervention des armées saoudienne et émiratie auprès de leur allié bahreïni, en proie, en mars 2011, à des manifestations de la majorité chiite de la population contre la monarchie sunnite des Khalifa. Contrariée par l'influence croissante de Téhéran en Irak, au Liban, en Syrie et désormais au Yémen, l'Arabie saoudite ne peut voir l'Iran la défier dans son pré carré. Le conflit yéménite menace en effet de déborder la frontière saoudienne et de gagner la province orientale d'Ach-Charkiya, dont une partie de la population est chiite.

Fort mouvement sécessionniste dans le Sud

L'Iran s'en est tenue, jeudi, à condamner une « démarche dangereuse (…) violant les responsabilités internationales et la souveraineté nationale ». L'action militaire va « encore plus compliquer la situation, étendre la crise et faire perdre les chances d'un règlement pacifique des divergences internes au Yémen », a déclaré la porte-parole du ministère des affaires étrangères, Marzieh Afkham.

L'intervention militaire saoudienne au Yémen reste toutefois l'objet de multiples incertitudes. Les frappes aériennes pourront certes repousser les miliciens dans le centre et le sud du pays, bastions sunnites où la population leur est hostile et où ils ne contrôlent que les points stratégiques (aéroports, bases et routes). Leur impact sera en revanche plus réduit dans le nord du pays et à Sanaa, où le soutien populaire est grand.

La légitimité du président Hadi dans la région d'Aden, où il est réfugié, fait aussi question : un fort mouvement sécessionniste est présent dans le sud du Yémen. L'avancée éclair des houthistes a montré la faible capacité de mobilisation du président Hadi auprès des grandes tribus sunnites, tout comme celle de l'Arabie saoudite, qui a perdu le soutien de la confédération des Hached, acquis aux Frères musulmans que Ryiad a combattus ces deux dernières années dans tout le Proche-Orient.

Toutefois, la polarisation chiite/sunnite est en train de recouvrir tous les autres clivages yéménites. Un tel scénario renforcerait les djihadistes d'Al-Qaida dans la péninsule Arabique (AQPA) et de l'Etat islamique (EI), très implantés dans certaines tribus sunnites. Autre facteur de complication : une bonne partie des forces de sécurité d'élite, indispensables à la contre-offensive sunnite, sont restées fidèles au dictateur déchu Ali Abdallah Saleh, qui a discrètement soutenu les houthistes dans un passé récent.

commentaires

Haut de page