Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Canada : Des jeeps blindés et armés pour l’Arabie Saoudite. (Mondialisation.ca)

par Jules Dufour 13 Janvier 2016, 20:33 Canada Arabie Saoudite Ventes d'armes Collaboration

Canada : Des jeeps blindés et armés pour l’Arabie Saoudite. Quand l’aveuglement volontaire ne tue pas...
Par Jules Dufour
Mondialisation.ca

Pendant le régime des gouvernements conservateurs, entre 2006 et 2015, le Canada s’est militarisé sous la férule des États-Unis et de l’OTAN. Un programme d’acquisitions de nouveaux armements s’est développé en catimini avec des informations livrées au public au compte-goutte. De nouveaux navires d’assaut, des chars blindés, des véhicules de combat rapproché, des armements pour l’Arctique et maintenant des jeeps armés pour l’Arabie Saoudite.

Dans ce bref exposé, nous voulons signaler quelques-unes des acquisitions d’armements dont s’est doté le Canada au cours des dix dernières années. Nous jetons un coup d’œil sur les pays destinataires des exportations canadiennes de matériaux militaires et, en particulier, ceux qui ne respectent pas les droits humains et les libertés fondamentales et qui sont reconnus comme tels par l’ensemble de la communauté internationale. Nous pensons que la controverse soudaine relative à la vente de jeeps armés à l’Arabie Saoudite ne doit pas occulter l’ensemble des activités canadiennes dans le domaine de la production et des exportations d’armements à travers le monde. Le comportement du pays en cette matière se doit d’être condamné et il ne semble pas que le nouveau gouvernement maintenant au pouvoir s’engage dans un processus de désarmement et de reconversion industrielle de ces engins qui causent la destruction de pays tout entiers et la mort de dizaines de milliers de personnes et ce en se rappelant la participation du Canada aux opérations de bombardements de la Libye en 2011 sans oublier les combats qu’il livre en Irak.

Figure 1. La jeep J8 blindée et qui peut être armée d’une mitrailleuse d’un calibre de 12,7 ou de 7,62 mm, ou d’un lance-grenades de 40 mm.

Source : http://www.armyrecognition.com/jeep_j8_vehicule_militaire_tactique_leger_a_roues/jeep_j8_a_jgms_vehicule_militaire_armee_tactique_leger_a_roues_combat_americain_etats-unis.html

Source : http://www.armyrecognition.com/jeep_j8_vehicule_militaire_tactique_leger_a_roues/jeep_j8_a_jgms_vehicule_militaire_armee_tactique_leger_a_roues_combat_americain_etats-unis.html

Nous esquissons les programmes d’acquisitions des armements par le Canada pour sa propre gouverne et ceux qui concernent les exportations : Le programme présenté lors du budget de 2007, les rapports pour les années 2007 à 2009 et de 2012 et 2013. Enfin, nous évoquons les engagements fédéraux dans le processus de militarisation de l’Arctique.

I. Le programme d’acquisitions de nouveaux armements dans le budget de 2007

Dans le Budget fédéral on est servi par la danse des milliards pour l’acquisition de nouveaux armements. Les engagements quinquennaux annoncés incluaient :

- 3 G$ pour recruter, entraîner et intégrer 5000 nouveaux soldats à temps plein ainsi que 3000 réservistes. Seulement 80 M$ de ce financement sera rendu disponible dans le budget 2005;

- 3,2 G$ pour améliorer les services médicaux spécialisés destinés aux soldats qui rentrent au pays; pour répondre à d’importants retards dans les approvisionnements et les réparations; et pour réparer des infrastructures vieillissantes comme les pistes d’atterrissage et les jetées maritimes;

- 2,7 G$ pour des hélicoptères de transport de troupes, des camions logistiques, des avions légers polyvalents, ainsi qu’une nouvelle base ou l’agrandissement de la base actuelle de la force opérationnelle mixte, dont les effectifs augmentent;

- 8G$ investis à partir de 2007-2008, pour des projets qui n’ont pas été annoncés mais qui pourraient inclure un nouveau navire d’assaut amphibie ainsi que l’augmentation des capacités d’interventions d’urgence, comme celles qui seraient effectuées par l’Equipe d’intervention en cas de catastrophes (DART) (argent.canoe).

II. Des budgets de la Défense en hausse en pleine récession économique. Nos constats en 2008

Nous assistons à un scénario bien connu: Des investissements majeurs pour la guerre en pleine tourmente économique. Quelques deniers pour les pays pauvres et aussi moins de ressources pour les pauvres des pays riches.

Le gouvernement du Canada a mis le pied dans ce processus de réarmement du pays en mai 2008 avec la présentation de son plan de défense «Le Canada d’abord» en rencontrant très peu d’opposition tant de la part des partis politiques que de celle de la société civile. Il a inscrit peu à peu la logique de guerre à l’intérieur de l’économie canadienne en justifiant sans cesse ces dépenses militaires par sa participation à la «mission» de la Coalition en Afghanistan, participation qui, nous osons l’espérer, devrait officiellement prendre fin en 2011. Par la suite, d’autres raisons seront invoquées et les menaces à la souveraineté du Canada dans l’Arctique reviendront sans doute à la surface.

III. 2009. 138 véhicules de combat approché

Les craintes que nous avons exprimées concernant le processus du recyclage des plans de sauvetage financier dans le réarmement planétaire (mondialisation.ca) viennent de se concrétiser au Canada avec l’annonce d’un investissement majeur de cinq milliards de dollars dans le secteur de la défense dévoilé par le ministre Peter Mackay le 8 juillet dernier (Castonguay, 2009).

Cette somme servira à l’acquisition de 108 à 138 véhicules de combat approché ou véhicules blindés pour l’armée de terre et pour la modernisation de 550 blindés légers VBLIII existants «rendus hors d’usage en raison des conditions extrêmes (qui prévalent sur le champ de bataille) de Kandahar, avec la poussière, les variations de température et les attentats» (Castonguay, 2009).

IV. Les exportations canadiennes de matériel militaire entre 2007 et

2009. L’Arabie Saoudite apparaît comme pays destinataire de la production canadienne

Selon Affaires mondiales Canada,

« les exportations canadiennes de produits et de technologies militaires se sont élevées à 1,4 milliard $ entre 2007 et 2009. La plus grande partie (737 millions $ ou 52 %) des exportations militaires canadiennes a été destinée aux pays membres de l’OTAN, le Royaume-Uni représentant la principale destination unique chaque année, comptant pour 40 % de la part de l’OTAN (296 millions de dollars) et 21 % du total des exportations militaires. Quatre autres pays de l’OTAN ont également figuré parmi les dix principales destinations pour les exportations militaires entre 2007 et 2009 : la Belgique, la France, l’Allemagne et la Norvège. Trois des dix principales destinations des exportations militaires canadiennes durant ces années n’étaient pas membres de l’OTAN, mais figuraient sur la Liste des pays désignés (armes automatiques) : ensemble, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Arabie saoudite représentaient 305,7 millions de dollars ou 21 % du total des exportations militaires. La Malaisie et la Corée du Sud, les seuls pays figurant parmi les dix principales destinations qui ne sont ni membres de l’OTAN ni inscrits à la Liste des pays désignés (armes automatiques), se sont classés respectivement aux huitième et neuvième rangs au chapitre des exportations militaires entre 2007 et 2009. Les exportations militaires vers les États signataires de l’Accord de Wassenaar ont représenté 1,1 milliard $ ou 80 % des exportations militaires totales entre 2007 et 2009. Les exportations vers des pays affichant, selon le Programme des Nations Unies pour le développement, un faible indice de développement humain ont été négligeables entre 2007 et 2009, se chiffrant à 0,5 millions de dollars, soit moins de 1 % du total des exportations. »

(http://www.international.gc.ca/controls-controles/report-rapports/military_report-2007_09-rapport_militaire.aspx?lang=fra).

V. Les exportations canadiennes de matériel militaire en 2012 et 2013

Selon Affaires mondiales Canada,

« au cours des années civiles 2012 et 2013, les exportations canadiennes de marchandises et de technologies militaires ont totalisé environ 1,72 milliard de dollars. Ces exportations ont été destinées en majeure partie (1,15 milliard de dollars ou 67 %) à des pays membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ou à des pays non membres de cette organisation, mais qui figurent sur la Liste des pays désignés – Armes automatiques (LPDAA). Au cours de chacune des deux années en question, l’Arabie saoudite (pays non membre de l’OTAN figurant sur la LPDAA) s’est classée au premier rang des destinations des exportations militaires du Canada, ayant reçu des expéditions d’une valeur de 575,1 millions de dollars, soit 33 % du total des exportations militaires canadiennes. Cinq pays de l’OTAN ont également compté parmi les dix principales destinations des exportations militaires canadiennes au cours de la même période, à savoir le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie, la France et la Belgique. L’Australie est un autre pays non membre de l’OTAN figurant sur la LPDAA qui a fait partie des dix principales destinations des exportations militaires canadiennes, ayant reçu au total des expéditions de 46,9 millions de dollars. Les Émirats arabes unis, l’Autriche et Singapour sont les seuls pays non membres de l’OTAN ne figurant pas sur la LPDAA qui se sont classés parmi les dix principales destinations des exportations militaires canadiennes (soit au deuxième, au quatrième et au neuvième rang respectivement). Les exportations militaires vers les États signataires de l’Accord de Wassenaar se sont chiffrées à 741,7 millions de dollars, soit 43 % des exportations militaires totales. »

(http://www.international.gc.ca/controls-controles/report-rapports/mil-2012-2013.aspx?lang=fra).

VI. La militarisation de l’Arctique

Le projet Harper pour l’Arctique canadien dévoilé en 2007. Encore un projet à caractère militariste

Ce sont ces éléments de divergence entre les États-Unis et le Canada concernant une partie de l’espace arctique qui a poussé le gouvernement Harper en 2007 à annoncer le projet de construction de navires qui seraient armés et dont la fonction serait de patrouiller le territoire arctique canadien.

Ce projet s’est inscrit dans l’Agenda de réarmement du pays et la stratégie pour le Nord «Le Canada d’abord». Encore beaucoup d’argent pour l’acquisition d’équipements militaires. Ottawa a l’intention d’investir des milliards de dollars pour sauvegarder ainsi sa souveraineté dans cette partie du territoire national. Ce qui est prévu : six à huit navires de patrouille afin de protéger les eaux côtières canadiennes, incluant le passage du Nord-Ouest. Le coût du projet est estimé, pour le moment, à sept milliards de dollars sur une période de 25 ans (Meissner, D., 2007) y compris la construction d’un port en eau profonde (L’Arctique, un espace convoité : la militarisation du Nord canadien. Géopolitique et militarisation du grand Nord canadien).

Conclusion

Des jeeps blindés et armés fabriqués au Canada pour l’Arabie Saoudite. Une offense grave aux droits humains

La logique de l’industrie de « la mort », désignée par les protagonistes de la guerre « matériel militaire ou de défense », du Canada est de fournir des équipements militaires de haute technologie d’abord à l’armée canadienne (army-armee.forces.gc.ca) et ensuite aux membres de l’OTAN qui constituent les principaux destinataires de ses exportations. Les autres pays destinataires qui ne sont pas membres de l’OTAN sont, notamment, le Japon, l’Arabie Saoudite, la Corée du Sud, l’Australie, Singapour, les Émirats Arabes Unis et l’Autriche, bref des alliés fidèles de l’ordre impérial.

Au cours de la dernière décennie, pour le Canada l’Arabie Saoudite s’est avéré tout particulièrement une destination privilégiée de ses exportations étant donné l’importance accrue des dépenses militaires de cet État :

« au Moyen-Orient, les dépenses militaires ont accéléré rapidement depuis 2011… Oman et l’Arabie saoudite en particulier ont connu une croissance supérieure à 30% entre 2011 et 2013″,.. L’Arabie saoudite, en neuvième position en 2013, doit dépasser l’Allemagne cette année pour se hisser à la huitième place en 2014 » (huffpostmaghreb.com).

Le discours militariste cherche sans cesse à amoindrir la portée du matériel de guerre afin de développer l’adhésion du public aux affaires militaires. David Perry, un expert en cette matière, cité par H. Buzzetti, déclare « que ces véhicules seront plutôt utilisés à des fins de défense contre d’autres véhicules blindés » (Le Devoir, 8 janvier 2016, p. A 5). On ne tuera pas l’ennemi car il est protégé. Ce sera tout simplement un « exercice » sur le terrain. En général, ce discours s’évertue à présenter les armements livrés à l’étranger comme étant « non létaux ».

Ce qu’il convient non seulement de déplorer, mais surtout de condamner c’est la production de ces engins de mort fabriqués au Canada par General Dynamics situé à London (Ontario). Le contrat de 15 milliards de dollars que cette entreprise a obtenu entre dans le processus de recyclage des pétrodollars en armements et ainsi dans celui de la préparation à la guerre.

Jules Dufour

Références

BUZETTI, Hélène. 2016. Arabie Saoudite. Les « jeeps » canadiens seront bien armés. Journal Le Devoir, le 8 janvier 2016, p. A 5.

CANADA. 2010. Rapport sur les exportations de matériel militaire du Canada 2007-2009. Affaires mondiales Canada. En ligne : http://www.international.gc.ca/controls-controles/report-rapports/military_report-2007_09-rapport_militaire.aspx?lang=fra

CANADA. 2014. Rapport sur les exportations de marchandises militaires du Canada

2012-2013. Affaires mondiales Canada. En ligne : http://www.international.gc.ca/controls-controles/report-rapports/mil-2012-2013.aspx?lang=fra

DUFOUR, Jules. 2007. Réarmer le Canada aux dépends du développement humain. Pauvreté au Canada et priorité à la défense nationale. Mondialisation.ca. Le 17 mai 2007. En ligne : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=DUF20070517&articleId=5675

DUFOUR, Jules. 2007. L’Arctique, un espace convoité : la militarisation du Nord canadien. Géopolitique et militarisation du grand Nord canadien (Première partie). Mondialisation.ca. Le 26 juillet 2007. En ligne : http://www.mondialisation.ca/l-arctique-un-espace-convoit-la-militarisation-du-nord-canadien/6404

DUFOUR, Jules. 2008. Canada: Course effrénée aux dépenses militaires. Mondialisation.ca. Le 17 janvier 2008. En ligne : http://www.mondialisation.ca/canada-course-effr-n-e-aux-d-penses-militaires/7826

DUFOUR, Jules. 2009. En pleine récession économique, de nouveaux blindés pour le Canada. Mondialisation.ca. Le 13 juillet 2009. En ligne : http://www.mondialisation.ca/en-pleine-r-cession-conomique-de-nouveaux-blind-s-pour-le-canada/14347

DUFOUR, Jules. 2015. Le Canada : un plan national pour la militarisation de l’Arctique et de ses ressources stratégiques. Mondialisation.ca. Le 29 décembre 2015. En ligne; http://www.mondialisation.ca/le-canada-un-plan-national-pour-la-militarisation-de-l-arctique-et-de-ses-ressources-strat-giques/20943

HUFFPOST MAGHEB. 2014. Budgets militaires: L’Arabie Saoudite dépense beaucoup, la Tunisie dépense peu. Al Huffington Post Magheg. Le 4 février 2014. En ligne : http://www.huffpostmaghreb.com/2014/02/04/budget-militaire-tunisie_n_4723932.html

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Jules Dufour, Mondialisation.ca, 2016

Haut de page