Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Russie devient le premier fournisseur d’or noir à la Chine (Russia Insider)

par SLT 5 Juin 2017, 22:15 Russie Chine Pétrole Dollars USA Crise

La Russie devient le premier fournisseur d’or noir à la Chine
Russia Insider

Traduit et édité par jj, relu par nadine pour le Saker Francophone

La fin de la domination du dollar n’est pas une abstraction pour la Russie et la Chine. Elle a commencé. La Russie récolte les bénéfices de pouvoir se passer du dollar pour vendre son pétrole

La Russie devient le premier fournisseur d’or noir à la Chine (Russia Insider)

Dollar slayers

Les tueurs du dollar

 

 

En janvier, il a été révélé que, pour la première fois, la Russie avait dépassé l’Arabie saoudite en 2016, pour devenir le plus grand fournisseur de pétrole brut à la Chine.

Selon OilPrice.com, « La Russie est maintenant le premier fournisseur de pétrole brut pour la Chine, un statut qu’elle est très susceptible de conserver pour les années à venir, après avoir bénéficié d’une augmentation spectaculaire de 24 pour cent en 2016. Presque toutes les routes d’approvisionnement vers la Chine ont connu une croissance en 2016. »

Résultat d’images pour "teapot" refineries

« Teapot » raffineries en Chine – breakingenergy©
 

 

Certains rapports médiatiques attribuent l’ascendance de la Russie sur le marché de pétrole brut de la Chine à une demande accrue des raffineries chinoises indépendantes, les « teapot », mais cette explication ignore commodément l’éléphant dans la salle : Pékin tourne le dos au dollar et, contrairement aux Saoudiens, la Russie est plus que satisfaite de faire des affaires en yuans.

 

Comme l’a souligné Paul Goncharoff la semaine dernière :

« Un rapport de l’Agence internationale de l’énergie a montré qu’à la fin de 2015, la Russie a dépassé l’Arabie saoudite, en tant que plus gros exportateur brut en Chine. Le commerce est réglé en rouble / yuan, et non en dollar américain. Les exportations russes vers la Chine ont plus que doublé au cours des sept dernières années, atteignant plus de 550 000 barils par jour et devraient continuer à être solides, notamment via le pipeline de l’Est de la Sibérie et de l’océan Pacifique (ESPO). »

Au début de la décennie, l’Arabie saoudite fournissait 20% des importations de brut chinois, alors que la Russie était en retard, à 7%. Maintenant, les Saoudiens ont été détrônés.

Cela n’a pas eu lieu du jour au lendemain. Même la presse commerciale traditionnelle a compris ce qui se passait.

Comme Bloomberg l’a remarqué en juin 2015 :

« Après l’acceptation récente par la Russie du renminbi en tant que moyen de règlement pour le pétrole, nous espérons que les importations de pétrole par la Chine seront plus importantes », a déclaré dans un courriel Gordon Kwan, chef de la recherche régionale sur le pétrole et le gaz à Nomura Holdings Inc., basé à Hong Kong, se référant à la monnaie chinoise. « Si l’Arabie saoudite veut reprendre sa place de numéro un, elle doit accepter le renminbi pour les règlements pétroliers, plutôt que seulement le dollar. »

La fin de la domination du dollar n’est pas un rêve opiacé d’Edgar Allen Poe. Elle a lieu.

Haut de page