Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après 24 ans de règne, le dictateur Idriss Déby porté au pouvoir et soutenu par la France est en passe de briguer un 5ème "mandat".

par Sam La Touch 4 Octobre 2014, 08:33 Articles de Sam La Touch Françafrique France Tchad Idriss Déby Dictature 5ème mandat Barkhane

Après 24 ans de règne, le dictateur Idriss Déby porté au pouvoir et soutenu par la France est en passe de briguer un 5ème "mandat".

Selon Maikala, le dictateur tchadien Déby, est en passe de briguer un cinquième mandat présidentiel. Ce dictateur installé par la France et ses services secrets est au pouvoir depuis 24 ans et va donc prolonger son règne au travers d'élections contestées avec l'aval du régime français.
Le régime d’Idriss Déby a été installé fin 1990 par la France, son armée et ses services secrets, sur fond d’enjeu pétrolier avec le soutien du régime soudanais et de conflit avec la Libye de Kadhafi. Il s’est depuis signalé par la systématisation de la terreur, la banalisation de la torture et du viol, la répétition des nettoyages et massacres ethniques - des crimes contre l’humanité avec la mansuétude des autorités politiques françaises.

En 2008, devant l'avancée des rebelles tchadiens en provenance du Soudan, son pouvoir est sur le point de vaciller. Ce n'est que grâce à l'intervention de l'armée française à la demande du monarque de la République, Sarkozy I, que Déby est maintenu au pouvoir. Depuis il est de tous les coups de la Françafrique dans la région, ses troupes servent de tirailleurs pour les forces françaises au Mali et il est intervenu en Centrafrique avec l'aval des autorités politiques françaises via la Séléka pour renverser Bozizé et installer un client plus favorable aux intérêts franco-tchadiens de l'époque : Djotodia. Depuis ses coups de forces françafricains, il est devenu l'ami du pouvoir impérial-socialiste français avec récemment la création à N'Djamena de l'une des plus grandes bases militaires françaises d'Afrique. Gageons que la prolongation du règne dictatorial de Déby aura l'entier soutien du "chef de guerre" François Hollande qui n'a de socialiste que le nom.

Lire également :
- Après l'imbroglio militaire français en Centrafrique, Total en passe de l'emporter 
- Hollande au Tchad : comment Idriss Déby est redevenu le meilleur ami de la France (MdP) 
- La réhabilitation du dictateur tchadien Idriss Déby à Paris continue
- Intervention en Afrique : après l'opération Serval, la France lance Barkhane (Le Parisien) 
- François Hollande ou le triomphe du néocolonialisme et de la reconquête coloniale de l'Afrique 

-------------------------------------------------

Les forces vives persistent et signent au Tchad : « Idriss Deby n’a pas droit à un 5ème mandat »

Makaila

Le paysage politique tchadien est visiblement lourd de menace à l’approche des échéances électorales prévues en 2016. L’ensemble des forces vives du pays sont à pied d’œuvre pour se faire entendre pacifiquement en vue de réclamer le respect de la Constitution. Une conférence de presse animée par les acteurs de la société civile et des responsables des partis politiques, a été organisée jeudi 25 septembre 20124, à 10 heures à l’hotel Victor dans la capitale tchadienne, a mobilisé plusieurs personnes dans une salle archicomble.

Il était question de rendre une pétition initiée par des membres de la société civile et des acteurs politiques. Après avoir examiné de fond en comble la situation sociopolitique difficile du pays ; les initiateurs ont abouti à la conclusion, selon laquelle, le facteur bloquant est le Président Idriss Deby lui-même qui en est le principal mal du Tchad. Face à la presse nationale et internationale, les conférenciers ont dénoncé les maux qui minent le pays dans un long déroulement élaboré en pétition.

Pour eux, une cinquième (5ème), candidature d’Idriss Deby, risquerait d’être de plonger le Tchad dans des troubles qui remettraient en cause pour la cohésion nationale déjà fragilisée par la division sociale. Joint à Ndjaména, un membres du collectif, a déclaré à a rédaction du blog de makaila : « notre initiative s’inspire de l’Afrique du sud avec le cas Thabo Mbéki,lorsque le peuple a réclamé son départ, il s’en est allé ! » et notre interlocuteur de poursuivre : « Au Tchad, notre démarche est donc similaire et nous voulons que DEBY ne se présente en 2016. » A-t-il conclu, avec un ton ferme et déterminé.

A l’étranger, plusieurs organisations internationales disent également surveiller de près l’évolution actuelle de la situation sociopolitique du Tchad.

Idriss Deby va-t-il écouter la volonté de son peuple ?

Source : http://makaila.over-blog.com

commentaires

Haut de page