Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ebola. L’épidémie n’est pas possible en Europe (VdR)

par Alexei Makarov 14 Octobre 2014, 17:43 Ebola Europe Epidémie Noël Tordo Improbable

Ebola. L’épidémie n’est pas possible en Europe (VdR)
Ebola. L’épidémie n’est pas possible en Europe
Voix de la Russie

Selon l’organisation mondiale de la santé (OMS) la fièvre hémorragique provoquée par le virus Ebola a déjà fait 4000 morts en Afrique de l’Ouest. La propagation de ce virus hautement mortel préoccupe de plus ne plus les pays occidentaux car des cas de contamination ont été identifiés en Espagne et aux Etats Unis. La France veut même instaurer des contrôles aux frontières pour les voyageurs venant des pays à risque. Noël Tordo responsable d’une unité de recherche sur les stratégies antivirales à l’institut Pasteur et directeur du centre collaborateur de l’OMS sur les fièvres hémorragiques virales n’est pas aussi inquiet, selon lui il est très peu probable qu’une épidémie de cette fièvre se propage en Europe :

Quelques questions sur le virus lui même, comment est-ce qu’il se propage pour commencer ?

C’est une zoonose, ce qi signifie qu’au départ c’est un virus qui est dans un réservoir animal, on pense que c’est la chauve souris, ce n’est pas fermement démontré mais on pense qu’il y a de bonnes chances. Et ça passe à l’homme à l’occasion de la consommation de viande de brousse, soit de la boucherie de viande de brousse et une fois que c’est chez l’homme il y a une transmission interhumaine qui se produit. La transmission interhumaine se passe par contact, il faut qu’il y ait un contact proche. Comme ça a déjà été dit le virus est présent dans la plus part des secrétions humaines, que ce soit de la sueur de la salive, des selles ou des urines et c’est de cette manière là que le virus se transmet d’homme à homme, il n’y a pas de transmission aérosol, comme c’est le cas pour le virus de la grippe. Ce sont des transmissions qui nécessitent un contact proche.

Est-ce que l’on connaît l’état de propagation actuel de cette maladie ?

L’état de propagation est assez dramatique en Afrique, on atteint bientôt les 4000 morts avec deux fois plus de cas. Tout le monde ne meurt pas d’Ebola, il y a des gens qui résistent, les raisons pour lesquelles ils résistent sont encore en phase d’étude, mais on est tous inégaux contre la maladie, il y a des gens qui résistent plus ou moins bien, soit pour des raisons de résistance génétique, soit parce qu’ils sont en meilleur état de santé au moment où ils se font attaquer par la maladie, parce que c’est une maladie qui fatigue beaucoup donc celui qui est en meilleur état de santé part dans de meilleures conditions. Si les gens vont dans des centres de traitement et si ils sont correctement traités d’un point de vue symptomatique, c’est à dire que l’on va les hydrater les mettre dans des conditions telles qu’on a en occident. Dans ces conditions là on a plus de chance de s’en sortir, que dans une situation où l’on est en Afrique avec des moyens moindres et puis des conditions qui peuvent être difficiles notamment en matière de chaleur.

Est-ce qu’il y a des traitements actuellement qui peuvent guérir cette maladie, se débarrasser de ce virus ?

Il y a eu des molécules, des vaccins qui ont été développés dans des années antérieures et qui avaient montré une certaine efficacité soit in vitro c’est à dire sur des cultures de cellules infectées, soit en préclinique c’est à dire sur des primates par exemple, mais il n’y a jamais eu d’essais cliniques chez les hommes de ces molécules là. La phase 1 où l’on regarde si la molécule est simplement toxique et les phases 2 et 3 on regarde si la molécule est efficace ce pourquoi on l’utilise. Ca n’a pas été fait jusqu’à présent car l’Ebola était une maladie rare qui concernait peu de gens et qui concerne peu de gens qui sont dans des pays pas très riches, le marché est donc très difficile. Maintenant un certain nombre de ces molécules dans un protocole compassionnel ont été utilisées pour un certain nombre de patients en nombre très limité jusqu’à présent. Il n’est pas clair pour le moment vu le nombre de patients de savoir si les gens ont survécu parce qu’ils auraient de toute manière survécu avec le support que l’on peut leur donner dans un bon service de réanimation ou si les molécules ont eu un effet protecteur, il faudra attendre et avoir des analyses plus statistiques pour le dire.

Est-ce que l’on peut dire qu’en Europe on court un risque de contamination, de propagation massive ?

Massive non. On peut avoir des gens qui vont prendre l’avion et qui vont être dans la période d’incubation de 2 à 21 jours. Donc on peut être dans cette phase d’incubation sans symptômes, on peut prendre l’avion dans cette période là et arriver dans un pays européen sans avoir de symptômes et déclencher les symptômes sur le territoire européen. Ca s’est produit aux Etats Unis par exemple. Ceci dit ça va concerner un nombre de personnes très limité, ces personnes savent qu’elles reviennent de pays à risque, donc il y a des procédures qui sont présentes en France où l’on dit aux gens qui reviennent de ces pays là de surveiller leur température, si jamais il ont de la température ces gens là vont être mis dans des chambres isolées. Et la « chance » d’Ebola c’est qu’en générale vous êtes symptomatique avant d’être infectieux. Evidemment on va surveiller les personnes qui étaient au contact, mais la chance d’une flambée d’épidémie en Europe qui soit aussi efficace qu’en Afrique c’est impossible. On ne va pas avoir d’épidémie en Europe, c’est clair.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/42210371/278660047/

commentaires

Haut de page