Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bedos « fêtant le départ » de Caron : un sketch putassier (Panamza)

par Hicham Hamza 29 Juin 2015, 17:43 France 2 Aymeric Caron Laurent Ruquier Nicolas Bedos Fourest FOG

Nicolas Bedos, bouffon du Crif. Samedi, l'émission On n'est pas couché a salué la fin de contrat de son chroniqueur Aymeric Caron en diffusant un sketch favorable à ses détracteurs. Décryptage.

Le 28.06.2015 à 16h19

Sous l'Ancien Régime, il aurait fait rire la Cour en s'en prenant aux libre-penseurs dénonçant les privilèges de l'aristocratie.

Bedos « fêtant le départ » de Caron : un sketch putassier (Panamza)

Son nom? Nicolas Bedos, 35 ans, "fils de", né et élevé à Neuilly-sur-Seine, humoriste, auteur de théâtre, acteur de figuration et humoriste TV occasionnel.

Son dernier sketch : se mettre en scène dans la peau d'un Aymeric Caron devenu "clochard" après avoir quitté On n'est pas couché, regrettant d'avoir critiqué antérieurement BHL ou Bernard Kouchner et obligé de mendier un poste de travail auprès de Cyril Hanouna, Franz-Olivier Giesbert et Caroline Fourest (passage de 4' à 11').

Hanouna? Comme l'avait déjà souligné Panamza, la vedette de l'émission Touche pas à mon poste faisait partie d'un groupe communautariste et informel de personnalités (parmi lesquelles le président du Crif) ayant lancé, au printemps/été 2014, une campagne de dénigrement contre Caron. Le "tort" de ce dernier : avoir sévèrement critiqué l'armée israélienne.

Giesbert? L'homme qui fut longtemps à la tête de l'hebdomadaire Le Point -et à l'origine de ses couvertures régulièrement islamophobes- a ainsi joué un personnage de patron de presse (écrit, rappelons-le, par Bedos) affirmant ne pas pouvoir embaucher Caron afin de ne pas vexer, entre autres, "les juifs".

Sous-entendu infâme : pour avoir critiqué -de manière pourtant étayée et modérée- les exactions du régime israélien (dont il compara par ailleurs, dans un ouvrage, "la politique à l'égard des Palestiniens" à celle de "l'apartheid" d'Afrique du sud), Caron serait donc un antisémite.

Le clou du sketch : l'apparition de Fourest.

Bedos « fêtant le départ » de Caron : un sketch putassier (Panamza)

Prise -le mois dernier- en flagrant délit d'affabulation sur le plateau d'On n'est pas couché, l'essayiste, récemment récompensée par un ex-agent du Mossad favorable à la torture, se voit donner le beau rôle. Celle d'une généreuse humaniste, émue par la misère d'un Caron errant affamé mais injustement soupçonnée par celui-ci d'un énième mensonge.

Résumons l'abjection de Bedos : dans un sketch socialement méprisant à l'égard des nombreux journalistes contraints en ces temps de pointer à Pôle emploi, un parvenu ricaneur et originaire de Neuilly-sur-Seine sert la soupe au Crif et à sa direction ultra-sioniste en caricaturant Caron sous les traits d'un "connard" antisémite devenu "clochard" et "pestiféré" pour avoir -notamment- exposé les mensonges de ses interlocuteurs et dénoncé leurs accointances avec un régime coutumier des crimes de guerre.

HICHAM HAMZA

Haut de page