Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’armée américaine a « manipulé les renseignements pour atténuer la menace représentée par l’EI » (AFP)

par AFP 14 Août 2016, 06:20 Centcom Manipulation EI Syrie Irak Terrorisme USA Collaboration Impérialisme

Selon un rapport intérimaire du Congrès américain, l’armée a développé une vision « significativement plus positive » des efforts américains contre l’État islamique, ce qui pourrait avoir mis en danger des soldats.

D’après le rapport, les dirigeants du CENTCOM ont « violé l’éthique professionnelle » pour dresser un portrait flatteur des efforts américains

D’après le rapport, les dirigeants du CENTCOM ont « violé l’éthique professionnelle » pour dresser un portrait flatteur des efforts américains

Des dirigeants militaires américains ont dressé un tableau trop optimiste des efforts américains pour lutter contre le groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie, selon un rapport du gouvernement publié jeudi.

Le rapport intérimaire provient d’un groupe de travail du Congrès américain qui enquête sur les allégations faites par des lanceurs d’alerte et selon lesquelles des responsables du renseignement triaient sur le volet des informations qui minimisaient le risque représenté par l’État islamique, tout en exagérant les efforts déployés par les Américains pour former les forces locales à la lutte contre les militants.

« De la mi-2014 à la mi-2015, les chefs du renseignement les plus haut placés du Commandement central des États-Unis [CENTCOM] ont manipulé la production de renseignements du commandement pour atténuer la menace représentée par le groupe État islamique en Irak », a affirmé dans un communiqué Mike Pompeo, membre républicain du Congrès.

« Résultat : ceux qui se servaient de ces renseignements ont eu constamment une vision un peu trop "rose" des succès opérationnels américains contre l’État islamique », a-t-il ajouté, soulignant que cela avait « très bien pu » mettre en danger des soldats américains.

Les enquêteurs du groupe de travail ont interrogé des dizaines d’analystes du CENTCOM, dont beaucoup ont considéré leur encadrement à l’époque comme toxique.

« 40 % des analystes ont répondu qu’ils avaient subi des pressions pour déformer ou supprimer des renseignements au cours de l’année écoulée », souligne le rapport.

En outre, le CENTCOM a diffusé des communiqués de presse et fait des déclarations publiques présentant une situation « significativement plus positive » qu’elle ne l’était en réalité, ont découvert les enquêteurs.

Des dirigeants de haut rang du CENTCOM ont « violé les réglementations, les normes en matière de techniques [d’espionnage] et l’éthique professionnelle » en modifiant les renseignements pour présenter des évaluations excessivement positives des efforts américains initiaux pour former les forces de sécurité irakiennes à la lutte contre l’État islamique.

L’inspecteur général du Pentagone mène actuellement une enquête interne sur ce sujet ; ainsi, les responsables n’ont pas été en mesure de formuler des commentaires sur le rapport publié jeudi.

« La communauté du renseignement donne régulièrement un vaste éventail d’évaluations basées sur des données multidimensionnelles liées à l’environnement sécuritaire actuel », a déclaré le lieutenant-commandant Patrick Evans, porte-parole du Pentagone.

« Ces évaluations et les experts qui les effectuent revêtent un caractère absolument essentiel pour nos efforts, étant donné en particulier la nature incroyablement complexe des combats menés actuellement sur plusieurs fronts en Irak et en Syrie. »

« Les experts sont parfois en désaccord sur l’interprétation de données complexes ; la communauté du renseignement et le département de la Défense sont très ouverts à un dialogue sain sur ces sujets vitaux de sécurité nationale. »

Le membre du Congrès Brad Wenstrup a souligné qu’il était encore difficile de déterminer pourquoi ces renseignements avaient été déformés.

« Nous ne comprenons toujours pas complètement les raisons et les motivations sous-jacentes à cette pratique, pas plus que nous ne savons à quelle fréquence les analyses exclues se sont en fin de compte avérées correctes », a-t-il déclaré.

Les responsables du CENTCOM doivent rendre des comptes s’ils ont fait pression sur des analystes pour qu’ils déforment les informations sur la lutte contre l’État islamique, a demandé la sénatrice républicaine Kelly Ayotte, qui siège à la commission des forces armées du Sénat.

« Une stratégie réussie pour vaincre le fléau du terrorisme islamiste radical doit être fondée sur des faits, et non sur des évaluations flatteuses manipulées pour soutenir un récit politique », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Le CENTCOM est responsable des opérations militaires à travers le Moyen-Orient et en Afghanistan.

 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Haut de page