Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le-Blog-Sam-La-Touch.over-blog.com

Le-Blog-Sam-La-Touch.over-blog.com

Blog contre le racisme, le (néo)colonialisme et l'impérialisme


«Les Casques blancs»: un Oscar pour les complices des terroristes ? (Sputniknews)

Publié par Sputniknews sur 2 Mars 2017, 01:15am

Catégories : #Casques blancs, #Terrorisme, #Complices, #Oscar, #Hollywood, #Syrie, #Collaboration

«The White Helmets», film consacré à l’activité des Casques blancs syriens, a remporté l’Oscar du meilleur court-métrage documentaire. Dans un commentaire à Sputnik, la journaliste Vanessa Beeley indique que la récompense est revenue à une organisation mêlée à des organisations terroristes.

 The White Helmets (Les Casques blancs) d’Orlando von Einsiedel a remporté l’Oscar du meilleur court-métrage documentaire lors de la 89e cérémonie qui s’est déroulée le 26 février à Los Angeles. Or, l’organisation qui est au cœur du film est soupçonnée de liens avec des terroristes et de propagande. Qui plus est, le directeur de la photographie du documentaire Casques blancs, nominé aux Oscars, a été interdit d’accès sur le territoire américain par le service de Sécurité intérieure, d’après l’agence AP.

White Helmets

© AFP 2016 KARAM AL-MASRI

Un Syrien en lice pour les Oscars interdit d’entrée aux États-Unis

« Le prix est attribué à une organisation dont les liens avec Al-Qaïda et le Front al-Nosra (aujourd’hui Front Fatah al-Cham, ndlr) ont déjà prouvés. En témoignent les déclarations des habitants d’Alep-Est qui ont vécu sous l’occupation d’al-Nosra », indique dans un commentaire à Sputnik Vanessa Beeley, journaliste et militante de la paix qui a mené une enquête sur l’activité des Casques blancs.

Mme Beeley se trouvait à Alep en décembre 2016 lorsque l’occupation terroriste longue de quatre ans s’est achevée. Elle dit avoir interrogé les habitants locaux sur les Casques blancs. Il s’est avéré qu’ils n’en avaient même pas entendu parler…

« Ceci veut dire qu’ils n’ont pas mené d’activité humanitaire à Alep-Est. Toutefois, lorsqu’on évoquait la Défense civile syrienne (une autre appellation des Casques blancs), les civils répondaient directement : ”Ah, la Défense civile du Front al-Nosra”. C’est-à-dire que les habitants d’Alep-Est, que l’organisation prétendait protéger et abriter au cours de ces dernières quatre ou cinq années, accusaient cet organisme de liens avec les terroristes », souligne l’interlocutrice de l’agence.

Et d’ajouter que si c’est le cas, « Hollywood et les forces qui se cachent derrière ont légitimé une organisation liée aux terroristes ».

« Il y a deux moments dont on ne parle pas. Kheld Khatib, l’opérateur qui a tourné ce film, a été interdit d’entrée aux États-Unis, tout comme le chef de l’organisation Casques blancs, Raed al-Saleh. (…) C’est la deuxième fois qu’on l’interdit d’entrée aux États-Unis : en avril 2016, on ne l’a pas laissé entrer pour ses liens avec des groupes extrémistes », explique Mme Beeley.

Un homme dans un casque. Image d'illustration

Aucune trace des Casques blancs n’a été détectée à Alep

Et de conclure que l’un des sponsors du film, le Fond Threshold, a retiré son financement le 9 octobre 2016, en soulignant que les Casques blancs et d’autres complices liés à ce film soutenaient une stratégie susceptible de mener à un conflit armé et à l’escalade de la violence en Syrie. « Ceci permet de comprendre ce que c’est que l’organisation Casques blancs et dans quel but elle a été créée : provoquer une escalade entre Moscou et Washington », a conclu Vanessa Beeley.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents