Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Niger. 2 ans de pétrole ont rapporté davantage que 40 ans d'uranium (Afrik.com)

par Afrik.com 25 Avril 2014, 02:39 Niger France Areva Néocolonialisme Uranium Pétrole

Niger. 2 ans de pétrole ont rapporté davantage que 40 ans d'uranium (Afrik.com)
Niger. 2 ans de pétrole ont rapporté davantage que 40 ans d'uranium
Afrik.com

Avec seulement 20 000 barils par jour, le Niger est parvenu à rapporter davantage en deux ans qu’en 40 ans d’exploitation de l’uranium.

Le professeur Moussa Zaki, qui animait la semaine dernière la première partie d’une conférence sur « La gestion de l’exploitation minière en Afrique à la lumière du différend actuel entre le Niger et Areva », organisée par des étudiants tchadiens et nigériens à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB), au Sénégal, estime que l’équilibre financier entre la société Areva et l’Etat nigérien n’est pas équitable. Selon lui, Areva s’offre une manne financière importante dans l’extraction de l’uranium avec en retour un apport minime sur le budget national du pays.

« Les plus gros salaires de l’entreprise sont imposés en France », a affirmé le professeur Zaki, rapporte Ndarinfo.com. Il souligne que la convention minière signée entre les deux parties favorise une déperdition des ressources et la domiciliation fiscale ou désavantage des citoyens nigériens. « La loi applicable entre Areva et l’Etat nigérien ne prendra fin qu’en 2043 », a-t-il ajouté.

D’après le professeur Zaki, « en deux années d’exploitation, avec 20 000 barils, le pétrole a rapporté davantage que 40 ans d’exploitation de l’uranium ». Il précise que le Niger vendait le kilo de l’uranium à 27 000 FCFA (environ 40 euros) et Areva l’achetait et l’écoulait à 123 000 FCFA (environ 115 euros) sur le marché international. « Si les matières premières étaient payées à leur juste valeur, le Niger n’aurait pas besoin de l’aide au développement de la France », a-t-il ajouté.

L’héritage juridique post-colonial

Voilà plusieurs mois déjà qu’un différend oppose le gouvernement nigérien au groupe français Areva autour du renouvellement de leur contrat d’exploitation minière. Le Niger souhaite repartir sur la base de la loi minière de 2006 et de son nouveau régime fiscal revigoré, alors qu’Areva prétend déroger à ce nouveau régime sous prétexte que son contrat minier bénéficie d’une stabilisation fiscale.

Le professeur de droit fiscal, Mouhammadou Mbow, a pour sa part déploré les conséquences négatives de l’héritage juridique post-colonial en matière de conventions minières. L’absence d’effort de « déconstruction de l’idéologie du sous-développement » par les Etats africains est, d’après lui, une cause de retard économique du continent.

Le professeur Mbow a rappelé que dans les années 60, le code des investissements accordaient des « avantages exorbitants aux investisseurs étrangers, en plus de la création de zones franches qui offraient d’importantes dérogations à ces sociétés ».

Qui, entre le gouvernement nigérien et Areva, aura le dernier mot dans le cadre des clauses du renouvellement du contrat d’exploitation minière ?

Fouâd Harit

commentaires

Haut de page