Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand Amnesty international demande à François Hollande de suspendre immédiatement les transferts d’armes et les soutiens militaires à l’Arabie saoudite responsable de crimes de guerre au Yémen

par SLT 25 Juillet 2016, 17:46 Yemen France Arabie Saoudite François Hollande Crimes de guerre Bombardements Collaboration Impérialisme Articles de Sam La Touch

Bombardement saoudien au Yémen
Bombardement saoudien au Yémen

On l'a appris récemment la France est en guerre secrète en Libye au côté des troupes britannique et étatsunienne pour soit-disant lutter contre l'EI. Elle dispose de bases militaires (notamment à Benghazi), de forces spéciales au sol et aurait bombardé à plusieurs reprises le territoire libyen.

Depuis début 2015, au Yémen, il en va de même, la France dispose de forces spéciales qui assistent la coalition saoudo-étatsuno-israélienne dans son invasion et ses bombardements d'un des pays arabes les plus pauvres du Moyen-Orient.

Source : Vincent Parlier

En plus de cette assistance militaire à un pays qui est connu pour soutenir Al-Quaïda au Yémen (groupe terroriste qui a revendiqué les attentats contre Charlie Hebdo), la France vend massivement des armes à l'Arabie saoudite.

Lire aussi :

- Middle East Eye Le projet US de pipeline au Yémen renforce le groupe Al-Quaïda qui a revendiqué les attentats contre Charlie Hebdo

- L'article du Monde du 13 juin 2015, qui révélait que "le seul aéroport (du Yémen, ndlr) à ne pas avoir été bombardé par la coalition arabe (menée par l'Arabie saoudite et soutenue par la France et les USA, ndlr) est celui de Moukalla, sur la côte orientale, une ville sous le contrôle des djihadistes d’Al-Qaida dans la péninsule arabique (AQPA)".

Mars 2016. Hollande remet la légion d'honneur au prince Nayef, prince héritier d'Arabie saoudite
Mars 2016. Hollande remet la légion d'honneur au prince Nayef, prince héritier d'Arabie saoudite

En mars 2016, Amnesty international condamnait cette politique dans une lettre au chef de guerre français et appelait à signer la pétition (ci-dessous) intitulé :
Demandez avec nous à François Hollande de suspendre immédiatement les transferts d’armes et les soutiens militaires à l’Arabie saoudite ainsi qu’à ses alliés de la coalition, lorsqu’ils mettent en danger la vie des civils au Yémen !

Le terme "mettent en danger la vie des civils au Yémen" est un euphémisme quant on sait que l'ONU a mis l'Arabie saoudite sur la liste noire des pays responsables de crimes de guerre à l'égard des enfants avant de la retirer sous la pression des pays du Golfe et de la coalition occidentale qui voyait mal sa complicité de crimes de guerre étalée au grand jour par une organisation qu'ils financent massivement.

Dans la même période (mars 2016) sortait également le rapport de Human Rights Watch, lui aussi tout en euphémisme : "Yémen : Imposer un embargo sur les armes à destination de l'Arabie saoudite. Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France risquent de se rendre complices de frappes aériennes illégales"
"Risquent de se rendre complice" ? Depuis plus d'un an que la guerre impérialiste arabo-étasuno-israélienne se poursuit à coup de bombes, d'approvisionnement en armes (notamment de bombes à fragmentation), de forces spéciales déployées par leurs dirigeants (Hollande, Obama, Cameron, Netanyahu) pour assister l'armée saoudienne et ses supplétifs dans son invasion, il ne s'agit plus de risques mais d'une complicité avérée de crimes de guerre.

On appréciera le deux poids deux mesures de ces ONGs quant il s'agit de dénoncer les crimes de guerre ou contre l'humanité impliquant les grandes puissances occidentales. Ces ONGs essayent de maintenir un minimum d'éthique mais n'iraient sans doute pas elles aussi scier la branche financière sur lequel leurs fondations reposent.

Un an après le début de l’intervention militaire menée par l’Arabie saoudite au Yémen,  les combats ont fait au moins 3000 morts parmi les civils, selon le Haut-commissariat aux droits de l'homme des Nations unies.  La majorité des civils a été tuée par des frappes aériennes de la coalition menée par l’Arabie saoudite.


Malgré des rapports détaillés sur les violations des droits humains, y compris de possibles  crimes de guerre commis par l’ensemble des parties au conflit au Yémen, la France et d’autres pays continuent à conclure des contrats d’armement avec les belligérants. 

La résolution 2216 du Conseil de sécurité de l'ONU, adoptée en avril 2015, a bien instauré un embargo sur les ventes d’armes aux combattants loyalistes pro-Houthis, mais pas sur celles destinées aux pays de la Coalition menée par l’Arabie Saoudite. 

Pourtant, le Traité sur le commerce des armes, entré en vigueur fin 2014 et que la France a activement promu, et ratifié, empêche voire interdit tout transfert d’armes qui risqueraient de servir à commettre des crimes de guerre ou d’être utilisées dans d’autres atteintes graves au droit international. 





Demandez  avec nous à François Hollande de suspendre immédiatement les transferts d’armes et les soutiens militaires à l’Arabie saoudite ainsi qu’à ses alliés de la coalition, lorsqu’ils mettent en danger la vie des civils au Yémen !


Monsieur le Président,

Le 25 mars 2015, une coalition dirigée par l’Arabie saoudite a lancé une campagne de frappes aériennes au Yémen. Elle a également envoyé des troupes au sol dans le sud du pays et imposé un blocus aérien et maritime.



Amnesty International a recueilli des informations faisant état de victimes civiles et rassemblé des preuves de violations du droit international humanitaire tout au long du conflit. Depuis le 25 mars 2015, près de 3 000 civils, dont au moins 700 enfants, ont été tués, et 5 659 ont été blessés.



Toutes les parties au conflit ont commis de graves atteintes aux droits humains et des violations du droit international humanitaire, notamment en ne prenant pas les mesures nécessaires afin d'épargner les civils et les biens de caractère civil. 



La France ne doit pas, en violation du Traité sur le Commerce des Armes qu’elle a promu et ratifié, autoriser des transferts d’armes risquant d’être utilisées pour tuer des civils, détruire des maisons, des écoles, des hôpitaux. 



Je vous exhorte à n'autoriser aucun transfert d’armes ou munitions aux parties au conflit yéménite tant que des informations crédibles et facilement accessibles continueront d'indiquer que ces armes sont, ou risquent d'être, utilisées pour commettre ou faciliter de graves violations du droit international humanitaire et relatif aux droits humains, ou détournées à cette fin. Ces restrictions doivent s’appliquer tant aux armes classiques, munitions et pièces et composants, qu’au soutien logistique et financier pour de tels transferts. 



Je vous demande également d’agir de façon à ce que l’Union européenne adopte un embargo sur les armes et d’œuvrer pour que soit étendu à toutes les parties au conflit au Yémen l’embargo sur les armes mis en place par la résolution 2216 du Conseil de sécurité des Nations unies. 



En vous remerciant de l’attention que vous voudrez bien porter à ma démarche,  je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération.


Signez sur le site d'Amnesty international

ATTENTION LES IMAGES DE CETTE VIDEO SONT CHOQUANTES ET VIOLENTES !!!
La guerre au Yémen menée par la coalition saoudienne soutenue par les Etats-Unis et Israël n'est absolument pas couverte par les médias occid
entaux.

Haut de page