Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Sep

[Vidéos] Roger Waters, le fondateur de Pink Floyd déclare que le mouvement du BDS est l'un des exemples les "plus admirables" de résistance dans le monde (Democracy Now)

Publié par Democracy Now  - Catégories :  #Roger Waters, #BDS, #Israël, #Boycott, #Pink Floyd, #Résistance, #Grande-Bretagne, #USA, #Propagande, #Médias, #Articles de Sam La Touch

Roger Waters, le fondateur de Pink Floyd déclare que le mouvement du BDS est l'un des exemples les "plus admirables" de résistance dans le monde
Article originel : Pink Floyd Founder Roger Waters: BDS is One of "Most Admirable" Displays of Resistance in the World
Democracy Now


Transcription Democracy Now! Traduction SLT

Partie 2 : "The Occupation of the American Mind": Documentaire sur la guerre de relation publique israélienne aux États-Unis

Roger Waters critique le projet de loi du Sénat criminalisant le BDS & critique le récent concert de Radiohead à Tel Aviv.

AMY GOODMAN: Aujourd'hui, nous passons l'émission avec le célèbre musicien britannique Roger Waters, membre fondateur du groupe de rock emblématique Pink Floyd. Le groupe est peut-être le plus connu pour ses disques The Wall et Dark Side of the Moon. Roger Waters a récemment sorti son premier album studio en 25 ans et est en tournée dans les stades à travers le pays.

Mais la tournée n' a pas été sans controverse. Waters doit jouer vendredi et samedi soir à Long Island, malgré les tentatives des responsables du comté de Nassau de fermer les concerts, qui auront lieu au Colisée de Nassau, propriété du comté. La raison? Le soutien sans faille de Waters au BDS, le mouvement du Boycott, Désinvestissement et Sanctions visant Israël pour son traitement des Palestiniens. Les responsables du comté de Nassau avaient prétendu que les concerts violeraient une loi locale qui interdit au comté de faire des affaires avec toute entreprise participant au boycott économique d'Israël.

Waters a également été l'objet de manifestations lors de nombreuses autres escales au cours de la tournée. Avant son concert à Miami, la Fédération juive du Grand Miami a fait paraître une pleine page du Miami Herald avec le titre "L'antisémitisme et la haine ne sont pas les bienvenus à Miami". Le groupe a également fait pression sur la ville de Miami Beach pour empêcher un groupe d'écoliers de se produire sur scène avec Waters pour chanter pendant le concert.

Malgré tout cela, Roger Waters a continué à s'exprimer. La semaine dernière, il a écrit un article dans le New York Times. L'éditorial était intitulé "Le Congrès ne devrait pas faire taire les défenseurs des droits de l'homme." Dans son éditorial, il a critiqué un projet de loi à l'étude au Sénat pour faire taire les partisans du BDS. Waters écrit : "En approuvant ce projet de loi McCarthyste, les Sénateurs enlèveraient les droits du Premier Amendement des Etatsuniens afin de protéger Israël contre les pressions non-violentes visant à mettre fin à son occupation du territoire palestinien vieille de 50 ans et à d'autres violations des droits des Palestiniens".

Democray Now! Nermeen Shaikh et moi avons interviewé Roger Waters mercredi. J'ai commencé par lui demander de répondre à une récente déclaration d'Howard Kopel, un député du comté de Nassau, qui a tenté de mettre fin aux concerts de Roger Waters à Long Island. Il a qualifié Waters d'"antisémite virulent" et a déclaré, et je cite:"Adhérez au mouvement BDS et Nassau ne fera pas affaire avec vous. Il n' y a pas de place pour la haine à Nassau."

 

ROGER WATERS: Eh bien, la première chose qui saute aux yeux concernant cette déclaration est l'idée que je pourrais être en quelque sorte antisémite ou contre le peuple juif ou contre la religion juive ou contre tout ce qui a un caractère juif, alors que je ne le suis pas. Je ne le suis vraiment pas. Vous savez, ils fouillent mon passé, et ils trouvent très difficile de justifier cette accusation. Mais ils utilisent cette accusation comme ils le font avec tous ceux qui soutiennent le BDS ou qui critiquent la politique étrangère ou l'occupation israélienne. C'est leur réponse standard, c'est de vous traiter d'antisémite, de commencer à vous insulter et, espérons-le, de vous discréditer.

    En ce qui concerne le Colisée de Nassau, et plus précisément, j'espérais que le procureur de l'État, je suppose - je ne me rappelle plus de ce nom - allait essayer de porter l'affaire devant les tribunaux, et qu'il allait en fait plaider avec la direction du Colisée de Nassau au motif qu'ils enfreignaient une loi, parce que cela nous aurait donné l'occasion de nous défendre devant les tribunaux. Je pense qu'ils ont fini par croire que c'était trop dangereux, parce que s'ils étaient allés devant les tribunaux avec nous, je pense qu'il ne fait aucun doute que nous aurions gagné l'affaire. Et cela aurait créé un précédent qui aurait empêché les législatures du reste des États-Unis d'intenter des poursuites futiles dans des circonstances semblables.

    Je ne sais pas où vous êtes, mais je suis vraiment désolé que vous n'ayez pas révélé cela au grand jour, parce qu'il y a lieu de discuter du fait qu'ils tentent d'enlever les droits du premier amendement aux citoyens étatsuniens et à d'autres.

 

 AMY GOODMAN: Mais vous jouez vendredi et samedi soir au Colisée de Nassau.

 

ROGER WATERS (RW) : Absolument. Et j'ai vraiment hâte d' y être. Et nous allons jouer, vous savez, devant de grands auditoires qui comprendront aussi qu'il n' y a pas de haine dans mon spectacle. Je veux dire, je suis un peu critique de l'administration actuelle d'une manière satirique et ludique, j'aime penser. Mais mon show porte sur l'idée que, si cette race, cette race humaine, veut survivre même au cours des 50 ou 100 prochaines années, nous devons commencer à envisager la nature transcendantale de l'amour, et nous devons commencer à nous occuper les uns des autres et à reconnaître notre responsabilité envers les autres, ce qui est l'essence même du BDS.

 

    NERMEEN SHAIKH: Donc, Roger Waters, vous avez récemment écrit cette Tribune pour The New York Times intitulé "Congress Shouldn' t Silence Human Rights Advocates", et il s'agit du projet de loi proposé, de "l'Israel Anti-Boycott Act" (de la loi d'interdiction du boycott d'Israël). Pourriez-vous donc nous expliquer ce que la loi exige et votre expérience à ce sujet ?

RW: Eh bien, oui. A ce que j'en ai lu, je n'ai pas lu le projet complet, mais je sais que cela semble ridicule, mais c'est vrai. Un projet de loi a été présenté au Congrès, le S 720, qui vise à criminaliser l'appui au boycott, aux désinvestissements et aux sanctions, un mouvement international non violent de protestation contre l'occupation des terres palestiniennes qui existe depuis 50 ans. Et ils veulent que ce soit un crime d'appuyer le BDS, autant que je sache, avec des peines criminelles qui, à mon avis, sont absurdes. Quelqu'un comme moi, par exemple, si le projet de loi était adopté dans sa rédaction actuelle, serait passible d'une amende de 250 000 $ à un million de dollars et d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu' à 20 ans - pour avoir protesté pacifiquement et sans violence au nom des droits de la personne pour des personnes assiégées, ce qui est absurde, évidemment. Quand tu le dis comme ça, tu te dis : "C'est ridicule." Pourquoi le Congrès utiliserait-il même le temps précieux dont il dispose pour discuter d'une telle chose, ce qui contreviendrait au Premier amendement de la Constitution, qui est l'un des droits fondamentaux des citoyens étatsuniens, la liberté d'expression, de dire ce qu'ils croient.

 

    NERMEEN SHAIKH: Eh bien, expliquez votre propre implication avec le mouvement BDS. Comment en êtes-vous venu arrivés à le soutenir comme vous l'avez fait?

    ROGER WATERS: Eh bien, il y a de nombreuses années, en 2006, en fait, je faisais une tournée, et on m' a demandé de jouer en Israël, de faire un concert à Tel Aviv. Et je vais essayer de le dire très rapidement. Et j'ai commencé à y aller, et j'ai accepté de faire un concert à Tel Aviv. Et j'ai immédiatement commencé à recevoir des mails de gens disant : "Es-tu sûr de vouloir faire ça?" Et puis on m'a parlé du BDS, qui a été lancé par la société civile palestinienne en 2005. Et j'ai engagé un dialogue - ce fameux mot - avec ces gens et avec les Palestiniens, et ils m'ont convaincu que je devais annuler le concert que nous allions jouer à Tel-Aviv.

    Mais en une sorte d'acte de compromis, j'ai déménagé le concert dans un endroit appelé Neve Shalom, je crois qu'en arabe c'est Wahat as-Salam, qui est une communauté agricole où vivent ensemble de nombreuses religions différentes - chrétiens, juifs, musulmans, druzes - toutes. Leurs enfants vont tous à l'école ensemble. Et, tu sais, alors c'est comme ça qu'ils vivent - de leur agriculture. Et on a fait le concert là-bas, dehors. Et ce fut un énorme succès. Soixante mille Israéliens sont venus. Pas de Palestiniens, bien sûr, parce qu'ils ne sont pas autorisés à voyager, mais... c'est un peu le début de mon histoire. A la fin de ce concert, je me suis levé et le public était très enthousiastes. Et j'ai dit:"Vous êtes la génération des jeunes Israéliens qui ont la responsabilité de faire la paix avec vos voisins et de comprendre ce terrible désordre dans lequel votre pays s'est fourvoyé." Et il y eut un silence total. C'était comme si - j'avais vu les 60 000 enfants qui me regardaient tous en me disant : "De quoi parle-t-il ? Ce n'est pas dans le script." De toute façon, je suis retourné l'année suivante, à l'invitation de l'UNRWA.

 

    AMY GOODMAN : L'agence des Nations Unies?

 RW : Oui, exactement. Et une charmante femme appelée Allegra Pacheco  - avec qui nous avons parcouru toute la Cisjordanie. Nous ne sommes malheureusement pas allés à Gaza, mais nous sommes allés partout où nous souhaitions en Cisjordanie. Et j'étais stupéfait. Je n'avais jamais été - je n'avais jamais été - je n'avais jamais vu ce genre de répression en action - vous savez, les routes sur lesquelles les Palestiniens n'ont pas le droit de rouler. Et ils commencent à me montrer le développement des colonies. C'est il y a 10 ans maintenant, 11 ans maintenant. Et je suis allé parler aux gens des camps de réfugiés. Et j'ai décidé, quand je suis parti d'ici, que je ferais tout ce que je pouvais, jusqu'à ce qu'il y ait une sorte de justice pour les gens qui y vivent, pour les aider, et c'est pourquoi nous sommes ici aujourd'hui. Alors, le combat continue. Mais je suis heureux de dire que c'est un combat qui est gagné par le mouvement BDS. C'est pour ça qu'il y a des gens qui commencent à s'opposer à mes concerts. Ils n'ont rien fait depuis 10 ou 11 ans, mais maintenant ils le font, parce qu'ils commencent à paniquer je pense.

 AMY GOODMAN : Roger Waters, membre fondateur du groupe de rock emblématique Pink Floyd. Nous reviendrons avec lui dans une minute et allons regarder le documentaire qu'il narre, "The Occupation of the American Mind: Israel’s Public Relations War in the United States" ("L'occupation de l'esprit étatsunien: La guerre des relations publiques d'Israël aux États-Unis").

[pause]

AMY GOODMAN: Roger Waters chantant "Pigs", en live au Barclays Center à Brooklyn, New York, plus tôt cette semaine.

AMY GOODMAN:  C'est Democracy Now!, democracynow.org, The War and Peace Report. Je suis Amy Goodman. Alors que nous poursuivons notre conversation, nous passons maintenant à un extrait -- nous parlons avec Roger Waters, le célèbre musicien britannique, membre fondateur du groupe de rock emblématique Pink Floyd, Waters, narrateur du récent documentaire intitulé "The Occupation of the American Mind: Israel's Public Relations War in the United States".

 

ROGER WATERS: En 51 jours, l'armée israélienne a largué près de 20 000 tonnes de bombes sur Gaza, une région densément peuplée de la taille de Philadelphie, tuant plus de 2 000 Palestiniens et en blessant des dizaines de milliers d'autres. La grande majorité de ces victimes étaient des civils.
 

 

    HAMISH MACDONALD: Ce territoire est bombardée depuis les airs, la mer et la terre.

    DIANA MAGNAY: Israël a lancé au moins 160 frappes sur la bande de Gaza.

    RICHARD ENGEL: Et il y a un hôpital de moins à Gaza maintenant. Israël a aujourd'hui aplati l'hôpital Wafa.

    LES EAUX ROGERES: L'ampleur même des attaques a suscité l'indignation et la condamnation dans le monde entier.

    MARK BROOME: Le martèlement de Gaza par Israël pendant un mois a choqué de nombreuses personnes à travers le monde. Des manifestations de masse ont eu lieu dans de nombreuses grandes villes du monde.

    ROGER WATERS (RW) : Mais aux États-Unis, l'histoire était différente. Les sondages montrent que le peuple étatsunien reste ferme dans son soutien à Israël.

    ANDERSON COOPER: Il s'agit du dernier sondage CNN/ORC des Etatsuniens, qui montre que 57 pour cent des personnes interrogées affirment que l'action d'Israël à Gaza est justifiée, 34 pour cent disent injustifiée.

 RW : Ces chiffres étaient frappants, mais ils n'étaient pas nouveaux. Au cours d'un conflit dans lequel les pertes palestiniennes ont largement dépassé les victimes israéliennes, le peuple étatsunien a toujours manifesté beaucoup plus de sympathie pour les Israéliens que pour les Palestiniens.

    PETER HART: Il est très difficile de dissocier l'opinion publique de toute question de la couverture médiatique sur laquelle les gens se fondent pour se forger une opinion. Et je pense que la leçon la plus courante à tirer de l'examen de la couverture est que la couverture tend à voir ce conflit du côté israélien.

AMY GOODMAN : Cette dernière voix, Peter Hart, la Coalition nationale contre la censure. C'est un extrait du film "L'occupation de l'esprit étatsunien : La guerre des relations publiques d'Israël aux États-Unis", narré par notre invité, Roger Waters, musicien.

 

Mercredi, Nermeen Shaikh et moi avons interviewé Roger Waters et Sut Jhally, professeur de communication à l'Université du Massachusetts, fondateur et directeur exécutif de la Media Education Foundation, qui a produit le documentaire. J'ai demandé à Sut Jhally pourquoi il a choisi de faire le film.

 

 

    SUT JHALLY: Eh bien, cela a commencé, en fait, il y a un certain temps, et la raison en est que l'opinion publique étatsunienne est si loin de l'opinion mondiale quand il s'agit d'Israël. Comme nous l'avons déjà dit, je veux dire, dès que vous commencez à parler de cela, il y a une tentative de vous faire taire. Donc tu n'as pas le droit d'en parler. Et puis, en fait, une fois qu'on en parle, on se rend compte que les Etatsuniens ont un sens très déformé du conflit. J'ai appris cela de mes propres étudiants, ainsi que des sondages d'opinion publique, que la plupart des Etatsuniens pensent qu'en fait, ce sont les Palestiniens qui occupent illégalement la terre de quelqu'un d'autre au Moyen-Orient.
 

 

    AMY GOODMAN: Parlez de ce qui se passe au Moyen-Orient.

      SUT JHALLY : C'est un exemple évident de colonisation. Nous venons d'avoir 50 ans d'occupation, l'occupation israélienne de la Cisjordanie et, jusqu' à tout récemment, de Gaza. Et c'est en fait très, très clair, parce qu'il y a aussi cet instant-les Etatsuniens pensent que c'est si compliqué. En fait, quand je parle à mes élèves, ils disent toujours que c'est trop compliqué. Et je leur explique simplement, en quelques phrases, qu'il s'agit en fait d'un conflit très, très simple. Et ce qu'il faut faire - et quand le conflit est aussi simple que ça -, c'est de compliquer les choses. Et c'est la fonction des relations publiques.

    C'est donc sur cela que nous nous concentrons. Nous nous concentrons sur la campagne de relations publiques aux États-Unis pour essentiellement semer la confusion dans l'esprit du public étatsunien au sujet de ce qui se passait, de sorte que le public ne fera aucune pression à ce sujet. Et en ce sens, vous savez - et nous disons cela dans le film - que l'occupation de la Palestine dépend aussi de l'occupation de l'opinion publique étatsunienne, que si le gouvernement étatsunien n'est pas de leur côté et n'agit pas comme protecteur d'Israël, alors cette occupation n'est pas possible.

NERMEEN SHAIKH: Passons maintenant à un autre extrait de "The Occupation of the American Mind" mettant en vedette notre invité, Sut Jhally :

     

    SUT JHALLY: Israël peut saturer les médias avec ses porte-parole, mais il y a toujours le problème des pertes massives des Palestiniens sur les écrans de télévision. Tu ne peux pas faire disparaître ces images. Un fonctionnaire israélien a déclaré : "Dans la guerre des images, nous perdons. Vous devez donc la corriger, l'expliquer ou l'équilibrer autrement."

    Ici encore, le document de Luntz indique clairement quels sont les points de discussion qui ont été les plus efficaces pour détourner la réalité brutale des victimes palestiniennes. Il dit que la première chose que les porte-parole pro-israéliens devraient faire est d'exprimer de l'empathie pour les victimes innocentes.
 

    DAVID GILLERMAN : Malheureusement, des innocents sont blessés. Et nous... nous le regrettons vraiment.

    PREMIER MINISTRE BENJAMIN NETANYAHU: Nous sommes tristes pour toutes les victimes civiles.

  MICHAEL OREN :  Toute la situation est tragique.

 

    SUT JHALLY: Une fois que vous avez fait cela, déclare Luntz, vous devez aussi amener les gens à faire preuve d'empathie envers les Israéliens, en décrivant ce qu'est la vie pour eux qui vivent dans la peur constante des attaques de roquettes du Hamas. Nous entendons donc sans cesse l'expression, qui a fait ses preuves, selon laquelle les roquettes pleuvent sur Israël.
 

    MICHAEL OREN : Nous avons des milliers de roquettes qui pleuvent sur nos civils.

    HILLARY CLINTON : Des fusées pleuvaient sur Israël.

    NORMAN SOLOMON: Tout cadre publicitaire vous dira que l'essence de la propagande est la répétition.

    GRETA VAN SUSTEREN: Des roquettes pleuvent sur le sud d'Israël.

    FOX NEWS : Des fusées pleuvent sur Israël.

    NEWS ANCHOR Les roquettes du Hamas pleuvent sur les villes frontalières israéliennes.

 

 

    SUT JHALLY: Alors, Luntz déclare aux porte-parole des relations publiques renverser la situation et de demander au peuple étatsunien :"Que feriez-vous?"

 

    PREMIER MINISTRE BENJAMIN NETANYAHU: Que feriez-vous aux Etats-Unis?

    RON DERMER: Pouvez-vous imaginer ce que les Etats-Unis feraient si elle était confrontée à une menace similaire?

    NACHMAN SHAI: Nous essayons toujours de vous poser la question que nous nous posons: Que feriez-vous?

    PREMIER MINISTRE BENJAMIN NETANYAHU: Que feriez-vous ?

    MARK REGEV: Que feriez-vous si plus de 3 000 roquettes avaient été tirées sur vos villes?

    SEAN HANNNITY : Que feriez-vous ? 3000 fusées.

    MARK REGEV: Que feriez-vous, si les terroristes creusaient des tunnels sous votre frontière?

    SEAN HANNNITY : Que feriez-vous si trois enfants étaient enlevés à cause d'un réseau de tunnels ?

    YOUSEF MUNAYYER: Qu'est-ce que c'est que cette question? Bien sûr, n'importe qui agirait pour se défendre contre une agression non provoquée. Mais c'est une question qui est totalement dépourvue de tout contexte. Qu'est-ce qui pousse une société à un point où, après de multiples guerres dévastatrices, elle continue à résister avec ces méthodes les plus faibles? Ils ne veulent pas que tu poses cette question. Ils ne veulent pas que vous vous demandiez ce qu'il y a derrière tout cela, quelle est l'histoire ici, qui sont ces gens, d'où viennent-ils, pourquoi sont-ils si désespérés ? Non, ils veulent que tu comprennes le comportement israélien. Le comportement israélien est toujours caractérisé comme une réaction alors qu'en fait il n'y a pas de violence provoquée.

 

NERMEEN SHAIKH: C'est donc un extrait de "The Occupation of the American Mind". Et la dernière voix était celle de Yousef Munayyer, de la campagne étatsunienne pour les droits des Palestiniens. Nous avons aussi entendu Norman Salomon. Et voici un autre extrait du documentaire.

    

    ROGER WATERS: Deux ans après l'invasion du Liban, le Congrès juif étatsunien a parrainé une conférence à Jérusalem pour concevoir une stratégie officielle de relations publiques, connue en hébreu sous le nom de hasbara. Parmi les participants figuraient des responsables des relations publiques et de la publicité, des spécialistes des médias, des journalistes et des dirigeants de grands groupes juifs. Selon une brochure du congrès, "Aucun événement n' a fait ressortir le besoin d'un hasbara plus efficace, ou d'un programme d'information, plus persuasif que la guerre de 1982 au Liban et les événements qui ont suivi". Comme l' a déclaré un participant à la conférence,"Israël n'est plus perçu comme le" petit David ", mais comme Goliath qui traverse la carte.

    L'objectif principal de la conférence était d'élaborer des stratégies pour faire basculer les politiques impopulaires d'Israël et de contrer la couverture médiatique négative en modélisant à l'avance le cadre médiatique. "Les nouvelles ne sautent pas dans une caméra, dit un délégué de la conférence. "C'est dirigé, géré, rendu accessible." Martin Fenton, le directeur de la publicité basé en Israël, le présenterait en des termes encore plus catégoriques:" La "propagande" n'est pas un gros mot, a-t-il dit. "Nous sommes en train de changer l'état d'esprit des gens, de les faire penser différemment. Pour y parvenir, nous avons besoin de propagande."

    La conférence était présidée par Carl Spielvogel, directeur de la publicité aux États-Unis, le légendaire publicitaire qui a créé les célèbres publicités pour la bière Miller Lite dans les années 1970.

 

 SUT JHALLY: Le choix de Spielvogel est tout à fait logique. Il est connu comme un maître de l'inversion d'image et du rebranding. L'homme de la publicité responsable de la transformation de Miller Lite, qui était considéré auparavant comme une bière de femme, en une bière virile que les durs buvaient.

   
    Homme dans un bar : Mais le meilleur, c'est qu'il a un si bon goût.

    Homme n°2 dans un bar : Le meilleur, c'est que c'est moins de remplissage.

    - Non, c'est délicieux!

    - Plus légère !

   

SUT JHALLY: Son travail avec Israël nécessiterait le même genre de changement d'image, seulement dans le sens inverse: aider à adoucir l'image d'un pays qui vient d'être vu comme une brute. Il recommande donc la création d'un poste de Cabinet consacré exclusivement à l'explication des politiques, dont le travail ne consisterait pas à programmer des politiques, mais à les présenter de la manière la plus attrayante au reste du monde.

 NORMON SOLOMON: Les relations publiques classiques consistent à dire que le problème n'est pas politique, c'est la présentation. Lorsque les politiques sont si répréhensibles que beaucoup de gens deviennent critiques, au lieu de reconnaître qu'il y a quelque chose qui ne va pas avec la politique, on assiste a un doublement de l'effort de relations publiques...

 

 NERMEEN SHAIKH : C'était donc un autre extrait de "The Occupation of the American Mind". Et cette dernière voix était celle de Norman Solomon de l'Institute for Public Accuracy, le film, bien sûr, narré par notre invité, Roger Waters. Mais, Sut Jhally, je voudrais vous poser des questions sur ces vidéos, sur la façon dont l'État israélien, en collaboration avec différentes organisations médiatiques, a changé, comme vous le dites, l'opinion publique étatsunienne, ou l'a influencée de telle manière à ne sympathiser qu'avec le côté israélien. Maintenant, cette stratégie de hasbara, la tentative d'influencer l'opinion publique étatsunienne, les partisans israéliens soutiennent que de telles initiatives sont tentées par pratiquement tous les pays du monde, ils ont tous des sociétés de lobbying aux États-Unis. Qu'est-ce qui distingue le hasbara de la propagande, en fait, qui est tentée par tous les pays essayant d'influencer la politique étrangère étatsunienne ?

 

 SUT JHALLY :   Et c'est vrai. Chacun essaie de modeler la perception d'une manière ou d'une autre pour ses propres actions. La différence dans ce cas-ci, c'est que l'opinion publique israélienne - ou les relations publiques israéliennes - est très étroitement liée aux intérêts des Etats-Unis. Elle ne s'oppose donc pas à la politique étatsunienne. Et c'est aussi une politique étatsunienne qui va de pair avec la politique israélienne. Dans le film, vous savez, nous essayons - parce que nous que cela soit clair qu'il ne s'agit pas d'un lobby israélien qui manipule - et vous savez qu'il s'agit d'influencer les politiciens et le public. La raison pour laquelle les relations publiques israéliennes fonctionnent, c'est parce qu'elles vont de pair avec l'opinion de l'élite étatsunienne. Et si ce n'était pas le cas, les relations publiques ne fonctionneraient pas ainsi. Et nous savons que c'est - que ces deux choses vont de pair, parce que lorsque l'opinion de l'élite étatsunienne diffère de ce qu'Israël ferait, l'opinion de l'élite étatsunienne prévaut souvent, comme dans la discussion sur la politique iranienne. Le lobby israélien voulait vraiment pousser vers une ligne différente à cet égard. Mais c'était un endroit où les intérêts du lobby divergeaient des intérêts de l'État US. Et donc, quand on en parle, ce n'est pas une question d'un lobby qui a tout ce pouvoir. Il s'agit d'un lobby israélien qui va de pair avec les intérêts de l'État.

 

    NERMEEN SHAIKH : Donc, en d'autres termes, si l'opinion de l'élite étatsunienne changeait, cette stratégie précise, hasbara, serait relativement inefficace.

 

    SUT JHALLY : Eh bien, il compte sur l'État US pour qu'il l'accepte, et c'est pourquoi l'opinion publique étatsunienne est si importante, et c'est pourquoi vous devez contrôler l'opinion publique étatsunienne. Non seulement vous devez contrôler ce que font le Sénat et la Chambre, mais vous devez aussi vous assurer qu'il n' y a pas de pression sur les politiciens, c'est pourquoi vous devez contrôler l'opinion publique, c'est pourquoi nous disons que vous devez occuper l'opinion publique étatsunienne pour rendre l'occupation possible.

 

    AMY GOODMAN : Quand au  film, où a-t-il été projeté ?

 

    SUT JHALLY : Nous avons eu beaucoup de difficulté à le montrer. Il n' a été montré presque nulle part aux États-Unis.

 

    AMY GOODMAN : Ailleurs ?

 

     SUT JHALLY : On l' a montré dans d'autres pays - nous l'avons montré à Mexico. Il a été montré à Bruxelles. Il a été montré, je viens d'une projection à Beyrouth. On l'a montré à Londres. Il est diffusé sur les chaînes de télévision scandinaves, en Europe. Russia Today l'a montré. Al Jazeera l'a montré. Donc, il a été montré en dehors de ce pays.

 

    AMY GOODMAN : Et quelle est la réaction à ce film quand vous essayez de le faire jouer aux Etats-Unis ?

 

     SUT JHALLY :  C'est comme ça que la censure fonctionne, c'est le silence. Nous l'avons soumis aux festivals de films, c'est la première fois que nous essayons d'avoir de la publicité et de la visibilité. Il n'a pas été accepté dans un festival du film aux États-Unis, et cela signifie donc qu'il est très difficile de passer à l'étape suivante, c'est-à-dire comment l'intégrer dans les salles de cinéma, comment l'intégrer à la télévision et comment obtenir les critiques des médias. Je veux dire, nous avons - il y a eu, autour de cette question-et cela ne concerne pas seulement ce film, mais sur cette question. C'est comme s'il y avait un réseau de silence qui s'organisait autour.

    Et vous savez, ce n'est pas seulement, les médias de droite. Ce n'est pas seulement Fox. Cela s'étend partout. C'est le seul sujet que même les médias dits libéraux ne veulent pas aborder. Dans le film, vous savez, nous avons eu l'exemple de Rachel Maddow, qui est censée être la voix la plus progressiste à la télévision, et qui refuse pourtant de s'occuper de cette question.

    Allons voir un autre extrait de "The Occupation of the American Mind".

         

 

        SUT JHALLY : Regardez comment les médias étatsuniens ont couvert l'attaque israélienne de 2014 contre Gaza. Une recherche par mot-clé sur tous les principaux réseaux d'information a montré qu'au cours de l'assaut de 51 jours, le siège militaire et le blocus israéliens de Gaza ont été à peine mentionnés, comparés aux milliers de fois où les attaques à la roquette du Hamas contre Israël ont été mentionnées.

        JAKE TAPPER : Pourquoi le Hamas lance-t-il des missiles dans les centres d'Israël où la population est dense ?

        SUT JHALLY : Le cadre de base de la propagande est intégré dans les hypothèses mêmes que les journalistes apportent avec eux.

          JAKE TAPPER : Depuis qu'Israël s'est retiré de Gaza en 2005,8 000 roquettes ont été tirées de Gaza vers Israël.

           SUT JHALLY : C'est comme ça que fonctionne la propagande. Il fonctionne en mettant vos mots dans la bouche d'autres personnes, en particulier les bouches des commentateurs médiatiques prétendument objectifs.

        DAVID GREGORY : Je me demande toutefois si vous êtes outrés par la conduite du Hamas, si vous commencez le conflit en tirant des roquettes, si vous construisez des tunnels pour tuer et kidnapper des Israéliens, si vous êtes plus que prêt à sacrifier des vies palestiniennes en les enfermant dans leur propre arsenal et si vous les utilisez, comme le prétend Israël, comme boucliers humains. Avez-vous un degré d'indignation envers le Hamas lui-même?

          SUT JHALLY :Ce n'est pas de la propagande. Cela ressemble à des informations. Et cela concerne tous les grands médias, y compris les plus libéraux. Regardez Rachel Maddow sur MSNBC, qui est reconnue comme la voix progressiste principale à la télévision grand public. Elle n' a fait que quatre segments sur la guerre. Et au cours de ces quelques segments, elle n' a jamais mentionné une seule fois l'occupation israélienne de la Cisjordanie ou son siège et son blocus de Gaza, ni le fait que les États-Unis ont armé Israël avec les armes mêmes qui étaient utilisées contre une population civile sans défense, mais qu'ils ont plutôt choisi de situer l'invasion dans le cadre d'un cycle insensé de violence perpétrée par les deux camps.

        RACHEL MADDOW : C'est un cycle constant de combats entre Israël et le Hamas depuis plusieurs années à Gaza. Et les combats et la cause des combats sont terriblement familiers, car il s'agit essentiellement d'une guerre récurrente. Et si c'est déjà vu, que j'ai déjà entendu tout ça, vous avez raison, parce que c'est vraiment ce qui se passe, encore et encore.

RULA JEBREAL: Rachel Maddow, la femme la plus importante sur MSNBC, le leader en matière de politique, n'a jamais mentionné le mot "blocus","occupation","colonies illégales",en six semaines de guerre, n'a jamais mentionné le soutien que le Congrès a pour Israël, ni le montant inconditionnel d'argent, des milliards de dollars. Qu'est-ce que c'est ? Quelle déception ! Nos activités médiatiques, les médias nationaux, sont scandaleux quand il s'agit d'Israël.

 AMY GOODMAN : Un extrait de The Occupation of the American Mind, le documentaire narré par Roger Waters, produit par Sut Jhally. Cette dernière voix, l'ancienne analyste de MSNBC Rula Jebreal, qui est une journaliste italo-palestinienne. Allons un instant au contraste, Sut, que vous apportez dans ce film, qui est le média international.

         

        JON SNOW : Mark Regev, comment le fait de tuer des enfants sur une plage contribue-t-il à cet objectif ? A quoi bon bombarder l'hôpital Al-Wafa ? Il y a de graves incertitudes.

        MARK REGEV: Non, non, non.

        JON SNOW: -Que vous agissiez dans le respect de la loi.

        MARK REGEV: Non, non, non, non. Je ne suis pas d'accord.

        JON SNOW: Oh, oui. Oh, oui. Vous visez délibérément.

          MARK REGEV : Non, je rejette cela.

        JON SNOW : -quartiers dans lesquels vous savez qu'il y a des femmes et des enfants. Vous avez tout essayé avec Gaza. Vous l'avez assiégé pendant sept ans. Les gens vivent une vie insupportable et horrible, et vous le savez mieux que quiconque. Pourquoi vous n'essayet pas une autre chose : parler ? Pourquoi ne pas parler ? Pourquoi ne pas être courageux et leur parler directement ? Pourquoi pas ?

     

 

    AMY GOODMAN :C'est un autre extrait de "The Occupation of the American Mind". Sut Jhally, vous avez produit ce film. Parlez du contraste de la couverture médiatique.

    SUT JHALLY: Je veux dire, le contraste est assez frappant quand on regarde - quand on regarde - on n' a pas besoin d'aller dans d'autres parties du monde, vous savez, vraiment à l'étranger. Regardez la couverture des informations au Royaume-Uni. C'est une différence frappante. Et une partie de la raison pour laquelle, et je veux dire, la vidéo que nous montrons, c'était Jon Snow, qui faisait ce qu'un journaliste devrait faire, c'est-à-dire poser des questions. Donc, au Royaume-Uni, le journalisme existe toujours. À ce sujet, aux États-Unis, le journalisme a cessé de faire ce qu'il est censé faire, parce qu'il vient de céder aux relations publiques.

 

AMY GOODMAN : Sut Jhally, fondateur de la Media Education Foundation, qui a produit le film "The Occupation of the American Mind: Israel's Public Relations War in the United States". Après la pause, nous retournons à Sut Jhally et au musicien Roger Waters, dans une minute.

 

[pause]

AMY GOODMAN: Roger Waters, avec "We Shall Overcome", accompagné par l'adolescent violoncelliste Alexander Rohatyn, ici dans le Democracy Now! studios.

AMY GOODMAN : C'est Democracy Now!, democracynow. org, The War and Peace Report. Je m'appelle Amy Goodman, alors que nous poursuivons notre conversation avec le musicien britannique Roger Waters, membre fondateur du groupe de rock emblématique Pink Floyd. Nermeen Shaikh et moi-même nous sommes entretenus avec lui et Sut Jhally de la Media Education Foundation au sujet de leur documentaire, "The Occupation of the American Mind: Israel's Public Relations War in the United States", et du soutien de Waters au mouvement BDS, Boycott, Divestment and Sanctions. La semaine dernière, Roger Waters a écrit un article dans The New York Times intitulé "Congress Shouldn' t Silence Human Rights Advocates."
Dans son éditorial, il a critiqué un projet de loi à l'étude au Sénat pour faire taire les partisans du BDS. L'auteur du projet de loi, le sénateur démocrate du Maryland, Ben Cardin, a récemment été iinterviewé par Ryan Grim de The Intercept...

    SEN. BEN CARDIN : Nous sommes très sensibles au maintien de la liberté d'expression et de parole. Rien dans notre projet de loi ne va dans ce sens.

    RYAN GRIM : L'ACLU dit que ce genre de texte se prêterait à des peines criminelles pour les personnes qui ont participé à ce genre de -

    SEN. BEN CARDIN: Je ne pensais pas qu'il y avait des sanctions criminelles - si nous avions des sanctions pénales, nous irions à la magistrature. Je ne pense pas qu'on l'a fait, je ne pense pas.

    RYAN GRIM: OK.

     SEN. BEN CARDIN : Je ne pense pas que ce soit dans notre projet de loi. Tu sais, tu m'attrapes sans...

       RYAN GRIM : Bien sûr, bien sûr, bien sûr.

    SEN. BEN CARDIN: Je crois que je connais assez bien le projet de loi. Je ne crois pas que nous ayons criminalisé. Je pense que notre problème est la participation des États-Unis aux organisations internationales...

    RYAN GRIM: Ok.

    SEN. BEN CARDIN: -parlant contre les actions de l'ONU. Je pense que c'est le projet de loi.

 

      AMY GOODMAN :  Le sénateur Ben Cardin est co-parrain du projet de loi. Vous rigolez  Roger Waters ?

    ROGER WATERS : Eh bien, oui. Je veux dire, c'est drôle. Tu sais, ça mérite d'être dans une émission de comédie.

    AMY GOODMAN : Parce que, bien sûr, il y a des sanctions et des amendes.

    ROGER WATERS : Le type n' a même pas lu le projet de loi qu'il soutient.

    AMY GOODMAN: Mais, ce qui est intéressant, même certains des co-commanditaires changent de point de vue. La sénatrice Gillibrand a répondu à une question de ses électeurs lors d'une assemblée publique de Flushing en disant qu'elle n'appuierait pas le projet de loi dans sa forme actuelle et qu'elle ne l'appuierait pas à moins que les auteurs du projet de loi n'ajoutent un libellé précisant que les sanctions ne s'appliquent qu'aux entreprises et non aux particuliers, selon Crain's.

    ROGER WATERS : Je connais un peu Kirsten Gillibrand. Je l'ai rencontrée plusieurs fois. Et j'ai été absolument sidéré quand j'ai vu son nom en tant que co-commanditaire. Elle était l'une des co-répondantes de ce projet de loi. Donc, mais c'est... ça indique quelque chose. Et c'est ainsi que lorsqu'un bout de papier tombe sur votre bureau, que vous êtes un politicien et que vous dites :"Oh, AIPAC. C'est de l'AIPAC. Il a été rédigé par l'AIPAC," vous le signez et vous le rendez. Tu ne le lis même pas. Ils ne le lisent même pas. Ils disent:"Oh, c'est tout. C'est un marché conclu. Peu importe ce que veut l'AIPAC, l'AIPAC l'obtient. Et c'est tout ce qu'il y a"- ce qui est bizarre, et faux, évidemment.

    Et je suis vraiment contente que Kirsten Gillibrand ait enlevé son nom. Elle est toujours contre le mouvement BDS, mais presque certainement, elle ne le sait pas. Elle n' a pas assez voyagé, bien qu'elle ait dit - à son crédit, elle a dit qu'elle avait eu une rencontre avec Netanyahu lors d'une visite en Israël. Et elle lui a demandé quel était son plan pour l'avenir. Et il a dit :"Suivant." Vous savez ?

  SUT JHALLY :  Parce que son plan est de ne jamais partir.

  ROGER WATERS :  Oui, c'est ça.

  SUT JHALLY :  Son plan est de tout reprendre en main.

   ROGER WATERS :  Mais ils ne peuvent pas dire ça.

   SUT JHALLY :  Oui, c'est ça. Mais dans le film, nous avons des images de lui lors d'une réunion avec son groupe de colons de droite, où il pense que personne ne l'écoute, essentiellement en disant cela. Il a déclaré :" Nous ne le rendrons jamais. Et ne vous inquiétez pas pour les Etats-Unis. Je sais comment manipuler les Etats-Unis. C'est très, très facile." C'est très, très révélateur. Et ainsi, de leur point de vue, l'occupation ne cessera jamais.

    Et l'une des principales façons de faire pression est, à mon avis, précisément par le biais de mouvements comme le BDS, c'est précisément ce qui se passe aux États-Unis. Je pense que le BDS - vous savez, peu importe ce que vous pensez du BDS, en tant que dispositif rhétorique, est superbe. Il a été marqué d'une façon telle que même si vous êtes contre le BDS, vous en parlez. C'est pourquoi j'invite instamment tout le monde à parler autant que possible du BDS, car c'est une telle arme à utiliser pour pouvoir soulever ces questions, surtout auprès des jeunes. Surtout avec les jeunes.

 

    NERMEEN SHAIKH : Je veux juste dire que les gens qui critiquent le BDS disent qu'Israël est injustement mis à part, et qu'il y a beaucoup d'autres pays qui commettent des violations absolument flagrantes des droits de l'homme contre leur propre peuple, et le monde est silencieux. Notre invité, Roger Waters, et d'autres partisans de BDS ont récemment critiqué Radiohead pour avoir donné un concert à Tel-Aviv. Le leader du groupe, Thom Yorke, a répondu, en partie, en disant,"Jouer dans un pays n'est pas la même chose que d'appuyer son gouvernement. Nous jouons en Israël depuis plus de 20 ans à travers une succession de gouvernements, plus libéraux que d'autres. Comme aux Etats-Unis. Nous n'appuyons pas plus [le Premier ministre israélien Benjamin] Netanyahu que Trump, mais nous jouons toujours aux Etats-Unis." C'est Thom Yorke de Radiohead. Ta réponse à ça ?

 

    ROGER WATERS : Je dirais, en réponse à Thom Yorke disant que nous ne soutenons pas le gouvernement israélien,"Bon gré mal gré, Thom." Et je lui ai dit ceci: pas face à face, parce qu'il ne veut pas me parler. Mais je lui ai dit:"Bon gré mal gré, tu l'es. Comme, après ton concert à Tel Aviv, c'était à la une des journaux israéliens." Et ils citent même des citations disant : "C'est le meilleur moment pour le hasbara que nous ayons connu depuis des décennies. Radiohead en jouant nous a donné une position bien meilleure et beaucoup plus de puissance qu'avant." Peu importe ce qu'ils disent, même s'ils n'en parlent pas beaucoup. Ils sont plutôt discrets, je crois. Si vous avez écouté ce que Thom Yorke a déclaré depuis le concert, c'est que je n'ai pas vu-

 

    NERMEEN SHAIKH : Tu vas et viens souvent avec lui.

      ROGER WATERS : Quoi? Quoi?

 

      NERMEEN SHAIKH : Tu vas et viens souvent avec lui.

    ROGER WATERS : Non, non, non, non, non. Avant de jouer, je l'ai contacté. Je lui ai écrit plusieurs mails, et j'ai dit:"On peut en parler?" Et puis il y a eu un peu de va-et-vient, quand il a dit que des gens comme moi et - eh bien, des gens comme moi - ça suffit, moi, j'en ai assez - je leur ai jeté de la boue de loin et je ne suis pas venu pour dialoguer, ce qui est absurde. Tu sais, je l'ai supplié. Je l'ai supplié d'avoir une conversation à ce sujet et de parler de la ligne du BDS et de la situation sur le terrain, car je suis sûr que Thom ne le sait pas. Je parie qu'il n'est pas allé en Cisjordanie. Je parie qu'il n'est pas allé à Gaza. Je parie qu'il n' a pas vraiment regardé. Parce que quand on voit la façon dont le peuple palestinien est traité par l'armée d'occupation, ça nous brise le cœur, et on n' a pas d'autre choix que de dire:"Je vais en faire partie." (du BDS, NdT)

    C'est comme Michael Bennett, le Seahawk de Seattle. Un certain nombre de joueurs de la NFL ont été invités à se rendre en Israël pour un exercice de relations publiques - tous frais payés. Et Michael Bennett, à son crédit éternel, et une demi-douzaine d'autres ont dit : "Non, je ne veux pas être"-je veux dire, c'est une icône sportive. "Je ne veux pas être utilisé comme partie du hasbara..." Et vous voyez, désolé, juste pour finir-et il cite John Carlos, vous savez, l'athlète en 68 qui s'est levé et a fait le signe du Black Power. Il déclare : "C'est John."

 

    AMY GOODMAN : Aux Jeux Olympiques de Mexico.

    ROGER WATERS : Dans la ville de Mexico aux Jeux Olympiques, très, très courageusement et très controversé. Et il dit, comme le dit John Carlos:"En ce qui concerne la justice, soit vous êtes à l'intérieur, soit vous êtes à l'extérieur." Et il dit:"Eh bien, je suis d'accord." C'est Michael Bennett. Et je me suis dit : "Ouais!" Vous savez, ce genre d'engagement envers l'idée que tout le monde devrait avoir droit à la justice est louable.

 

    NERMEEN SHAIKH : Les critiques du BDS, quand il s'agit d'Israël, disent qu'il y a d'autres alliés très proches des États-Unis - l'Arabie Saoudite, l'Égypte, le Pakistan, pour n'en nommer que quelques-uns - qui ont également commis des violations flagrantes contre leur propre peuple, les minorités, pour ne rien dire, par exemple, de la Russie et de la Chine, où les gens vont régulièrement jouer et ont d'autres formes d'échanges culturelles. Maintenant, qu'est-ce qui distingue la position d'Israël et pourquoi une campagne BDS y est-elle plus légitime que dans ces autres pays ?

 

    ROGER WATERS : La société civile palestinienne nous a demandé de nous joindre à eux dans leur lutte contre l'occupation de leurs terres, soyons clairs, OK, les terres qui ont été définies dans les résolutions de l'ONU en 1947 comme des terres qui devraient être destinées à un État palestinien. Quels que soient vos sentiments sur la création de l'État d'Israël ou quoi que ce soit d'autre, l'ONU a décidé que la partition était une bonne idée, et peu importe, OK? Donc - et ce n'est pas arrivé. Et comme vient de le dire Sut, leur territoire a été coupé, pièce par pièce, par des colonies illégales. La terre est lentement volée. La population indigène, le peuple palestinien, est en train d'être expulsé... Leur volonté de protester contre leur situation de manière non violente, en utilisant un mouvement comme le BDS, est l'un des plus admirables morceaux de résistance que nous ayons jamais vues dans le monde. C'est extraordinaire.

    Pourrais-je boycotter l'Egypte? Si quelqu'un me demandait d'aller jouer en Egypte, je verrais peut-être s'il y avait une organisation en Egypte à laquelle je pourrais m'allier, comme il y a des BDS dans la société civile palestinienne. Je peux aller jouer en Syrie ? Non, il ne reste plus rien. C'est des gravats, tu sais. Eh bien, il y a quelque chose, mais il s'accroche à son État par les ongles.

 

    AMY GOODMAN : Alors terminons avec un dernier extrait du film, "The Occupation of the American Mind", qui examine comment les perceptions changent aux États-Unis au sujet du conflit israélo-palestinien. Encore une fois, le film commence avec le narrateur Roger Waters.

ROGER WATERS : Au cours des dernières années, la prolifération des médias sociaux et des sources d'information sur Internet a rendu de plus en plus difficile pour le gouvernement israélien et les groupes pro-israéliens aux États-Unis à gérer les perceptions étatsuniennes du conflit. Les images vidéos et les reportages sur le terrain, témoins de la réalité de l'occupation, sont aujourd'hui plus accessibles que jamais sur Internet.

        En outre, au cours des dernières années, un certain nombre de documentaires de haut niveau, réalisés par des cinéastes israéliens et palestiniens, ont jeté un regard sévère sur la politique israélienne actuelle et la répression des droits palestiniens.

        ADEEB ABU RAHMAH:[traduit] C'est un petit village. Qu'est-ce que tu en penses? Tu n'as pas de cœur ? Pas de famille ? Chacun d'entre vous sait que c'est une terre du village ! Tu as volé ma terre !

        ROGER WATERS : En même temps, un nouveau mouvement puissant de Boycott, Désinvestissement et Sanctions a pris de l'ampleur et sensibilisé à l'occupation, tandis que les militants du mouvement Black Lives Matter ont établi des liens explicites entre la violence policière contre les Afro-Etatsuniens et la répression des Palestiniens par l'armée israélienne.

        MARC LAMONT HILL: Nous sommes aux côtés de gens qui continuent à lutter courageusement contre l'occupation et à résister à l'occupation, de gens qui continuent à rêver et à lutter pour la liberté. De Ferguson à la Palestine, la lutte pour la liberté continue.

        ROGER WATERS: Et tous ces développements semblent avoir un effet. Les sondages montrent maintenant que si la sympathie pour Israël reste à son plus haut niveau parmi les Etatsuniens âgés, elle a grandement chuté chez les jeunes.

        SUT JHALLY: Malgré les efforts du lobby, quelque chose de vraiment frappant se produit. Beaucoup de jeunes abandonnent les médias grand public et se tournent vers d'autres sources indépendantes. Ils ont donc une façon totalement différente de donner un sens à ce qui se passe, une vision non filtrée de la répression israélienne. Et les agents pro-israéliens comme Frank Luntz sont en panique. Dans son dernier rapport, il qualifie de "désastre" ce qui se passe avec les jeunes et demande aux partisans d'Israël de réagir. Et les gens ont répondu à l'appel. Vous avez de puissants milliardaires de droite, comme Sheldon Adelson, un important donateur des candidats républicains, qui finance une campagne pour faire taire et intimider les étudiants activistes sur les campus universitaires. Mais ça ne marche pas. Des groupes comme Students for Justice in Palestine, qui voient ce qui arrive aux Palestiniens comme une question de droits civils, ont refusé d'être intimidés. Ils refusent de reculer, même s'ils sont considérés comme des sympathisants antisémites et terroristes. Et leur nombre augmente.

     MANIFESTANTS :   Hey, hey, hey! Ho, ho, ho! Le siège de Gaza doit cesser!

      YOUSEF MUNAYYER: Alors que le discours commence à s'ouvrir, de plus en plus de gens commencent à comprendre qu'il s'agit d'une question fondée sur les droits et non sur le radicalisme. Il s'agit d'un mouvement pour les droits des personnes dont les droits sont bafoués, qui vivent sous l'occupation, qui veulent vivre dans leur pays librement, comme n'importe qui d'autre.

        RASHID KHALIDI: Vous pouvez voir tant de vidéos d'enfants qui se font fracasser les mains par des soldats avec des matraques. Vous pouvez voir tant de photos de milliers de personnes tuées à Gaza. Et à un certain moment, il y a une dissonance cognitive. Tu réalises que ce qu'on te dit, c'est un paquet de mensonges.

  

 

AMY GOODMAN : La dernière voix, Rashid Khalidi, professeur à l'Université de Columbia, et, avant cela, Yousef Munayyer, Sut Jhally, notre invité, et Marc Lamont Hill. Roger Waters, vous êtes le narrateur de ce film. Tu n'as pas à faire tout ça. Tu pourrais juste jouer. Vous êtes une icône dans tant d'endroits du monde. Mais vous vous concentrez sur cette question. En fin de compte, qu'est-ce qui vous donne de l'espoir ?

  ROGER WATERS :  Qu'est-ce qui me donne de l'espoir ? Eh bien, nous venons de voir un petit extrait d'un activiste de Black Lives Matter qui raconte comment il pense que sa lutte va de pair avec la lutte du peuple palestinien. Et c'est aussi ce que disait Sut dans le film, qu'il y a des blogs, il y a d'autres endroits pour obtenir des nouvelles maintenant via Internet, afin que vous puissiez découvrir la vérité sur ce qui se passe. Et le fait que les gens communiquent à travers cela me donne un peu d'espoir. Dans notre émission, c'est très, très clairement exprimé. Je ne parle pas de Palestine une fois dans notre série. Il y en a un,  je crois qu'il y a une seule photo du mur de séparation. C'est quelque chose que j'ai évité. Mais il y a un sens général dans tout ce que j'ai dit dans mon émission, à savoir que nous sommes tous humains, que nous avons la responsabilité absolue de nous occuper les uns des autres.

 

AMY GOODMAN : Roger Waters, membre fondateur de Pink Floyd, et Sut Jhally, fondateur de la Media Education Foundation, qui a produit le film "The Occupation of the American Mind: Israel's Public Relations War in the United States". Roger Waters se produit vendredi soir et samedi soir au Colisée Nassau à Long Island.

C'est terminé pour notre émission. Democracy Now!  Juan González, co-animateur de l'événement, parle de son nouveau livre, Reclaiming Gotham, ce soir à la librairie Changing Hands de Tempe, Arizona, à 19 h. Demain soir, vendredi soir, à Austin, au Texas, Juan prendra la parole à 17 h 30 au Workers Defense Project. Dans les prochaines semaines, il se rendra à Newark, au New Jersey, à Kansas City, dans le Missouri, et à College Park, dans le Maryland. Je prendrai la parole dans tout le Canada à la dernière semaine de septembre. Consultez notre site Web à l'adresse democracynow. org.

[Vidéos] Roger Waters, le fondateur de Pink Floyd déclare que le mouvement du BDS est l'un des exemples les "plus admirables" de résistance dans le monde (Democracy Now)

En date du 16 septembre 2017, vos Partages sur Facebook pour cet article ont été bloqués à 0. Ils n'apparaissent donc pas sur le compteur du blog. Ce problème technique est indépendant de notre volonté.
En date du 17 septembre le compteur a été débloqué et affiche à nouveau les "Partage" facebook

Archives

À propos

Blog contre le racisme, le (néo)colonialisme et l'impérialisme