Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Exclusif. Expéditions d'armes étatsuniennes en Syrie. Le fret délicat de Ramstein (Süddeutsche Zeitung )

par Frederik Obermaier et Paul-Anton Krüger, 16 Septembre 2017, 11:02 Ramstein Armes Rebelles USA CIA Trafic d'armes Syrie Allemagne Impérialisme Articles de Sam La Touch

Nous publions ici la traduction de l'intégrale de l'article originel de la Süddeutsche Zeitung sur les transit d'armes supposés vers la Syrie à partir de la base étatsunienne de Ramstein en Allemagne. Cet article vient compléter l'article du célèbre journal bulgare Trud par la journaliste Dilyana Gaytandzhieva qui a depuis été licenciée. L'article de la Süddeutsche Zeitung vient apporter de l'eau au moulin des allégations documentées de Dilyana Gaytandzhieva. Un gigantesque trafic d'armes organisé par les USA auraient transité par la Bulgarie, l'Azerbaïdjan, l'Afghanistan et maintenant l'Allemagne pour être acheminé in fine en Turquie et en Jordanie afin d'alimenter en armes létales les rebelles syriens. L'action impérialiste étatsunienne en Syrie se serait doublée d'une opération capitaliste privée portant sur un trafic d'armes gigantesque organisé par des entrepreneurs privés dûment mandatés notamment en Europe à destination des rebelles syriens.

 

Expéditions d'armes étatsuniennes. Le fret délicat de Ramstein
Par Frederik Obermaier et Paul-Anton Krüger
Article originel : US-Waffenlieferungen Heikle Fracht aus Ramstein
Süddeutsche Zeitung

 

Traduction SLT

 (c) Foto: Airman 1st Class Kenny Holston/Air Force photo

(c) Foto: Airman 1st Class Kenny Holston/Air Force photo


 -  Le gouvernement étatsunien aurait fait livrer des armes aux rebelles syriens via la base militaire de Ramstein.

-  Selon le gouvernement fédéral, ils n'avaient pas l'autorisation de le faire.

-  Par conséquent, les États-Unis n'ont pas sollicité de livraison en Syrie ou dans les pays voisins depuis 2010.

-   Un quotidien serbe a toutefois publié un rapport sur des transports d'armes correspondants à la fin de 2015.

L'armée étatsunienne aurait livré des armes et des munitions d'Europe de l'Est aux rebelles syriens via sa base de Ramstein, en Rhénanie-Palatinat. Comme le gouvernement allemand n'avait pas les autorisations nécessaires, les Etatsuniens ont peut-être enfreint la loi allemande. C'est le résultat de plusieurs mois de recherches menées par la Süddeutsche Zeitung et les réseaux de journalistes Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP) et Balkan Investigative Reporting Network (BIRN).

Le gouvernement allemand affirme qu'il ne sait rien des livraisons d'armes à la Syrie via le territoire allemand, bien que des signes indiquent depuis un certain temps que les Etatsuniens se livrent à cette activité douteuse.

Le gouvernement étatsunien a soutenu les rebelles syriens en leur fournissant de la formation et des armes dans le cadre de plusieurs programmes différents. L'Armée syrienne libre (ASL) et d'autres groupes, auparavant considérés comme politiquement inoffensifs, ont été entraînés et armés pour la lutte contre le président Bachar al-Assad par un programme du service de renseignement étranger de la CIA sous le nom de code Timber Sycamore. Le président Barack Obama a approuvé le programme en 2013 après de longues discussions au sein du gouvernement, réagissant au déploiement d'armes chimiques dans la région de la Ghouta engendrant des centaines de morts que le gouvernement étatsunien a considéré comme de la responsabilité du régime syrien. Le successeur d'Obama, Donald Trump, a mis fin à ce programme début juillet sur recommandation de la CIA.

Achat d'armes par des prestataires de services militaires privés
 

Un programme du Département de la Défense des Etats-Unis est cependant toujours en cours pour former et équiper les rebelles à la lutte contre la milice terroriste de l'Etat islamique (EI). Les djihadistes avaient conquis de vastes zones en Syrie et dans l'Irak voisin à l'été 2014. Au printemps 2015, le Pentagone a d'abord tenté de mettre sur pied une unité rebelle en Jordanie. Après cet échec lamentable, le Pentagone a commencé à soutenir les groupes existants.

Dans le nord de la Syrie, il s'agit des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de milices kurdes du YPG et de forces arabo-sunnites et assyriennes qui combattent actuellement pour la capitale de l'EI, Raqqqa. Dans le sud-est, les groupes islamiques laïcs et modérés censés lutter contre l'EI dans la vallée de l'Euphrate en bénéficieront.

Les fournisseurs privés de services militaires étatsuniens ont acheté pour des centaines de millions de dollars d'armes et de munitions fabriquées par la Russie pour les programmes en Europe de l'Est et dans les Balkans, ce qui facilite le refus de l'aide de la CIA en matière d'armement. De plus, les rebelles sont rompus au maniement de la Kalachnikov. Les journalistes du BIRN et de l'OCCRP, qui bénéficient du soutien financier du Département d'État et du développement des États-Unis et de Google, entre autres, ont maintenant réussi à suivre l'itinéraire du trajet des armes.

Cet itinéraire mène des usines en Serbie, en Bosnie, en République tchèque et au Kazakhstan à la Turquie et à la Jordanie, où les États-Unis et leurs alliés ont chacun un centre de commandement, où les officiers et les officiers du renseignement ont coordonné l'appui. Cette région a reçu les armes par des cargaisons qui ont transité par les ports roumains et bulgares - ou par l'aérodrome militaire étatsunien de 1400 hectares à Ramstein, en Allemagne.

Le gouvernement fédéral ne veut rien savoir des livraisons.

En février, Christian Ströbele, eurodéputé vert, a interrogé le gouvernement allemand sur la possibilité d'approvisionner la Syrie en armes étatsuniennes via la base étatsunienne. La réponse: le gouvernement fédéral n'en a pas connaissance.

Peut-être qu'il ne voulait pas savoir exactement - parce que, selon la loi sur le contrôle des armes de guerre, les États-Unis avaient besoin d'une autoristaion de Berlin pour apporter des armes en Syrie via l'Allemagne. Selon le ministère fédéral de l'économie, les Etatsuniens n'ont même pas essayé de le faire: depuis 2010, ils n'ont pas sollicité de livraisons en Syrie ou dans les pays voisins. Les États-Unis réfutent cependant qu'ils n'ont pas déclaré toute la vérité à Berlin.

Le gouvernement allemand aurait pu le savoir, il aurait dû le savoir, mais il aurait dû le savoir: dès décembre 2015, le quotidien serbe Večernje Novosti rapportait déjà des informations sur les armes et munitions qui avaient été transportées à Ramstein par des avions de transport militaire étatsunien - avec pour destination la Syrie. Un rapport des Nations Unies sur les exportations d'armes publié en juillet 2016 énumère 11 970 fusils d'assaut et 50 mitrailleuses lourdes livrés de Serbie à une "base militaire étatsunienne en Allemagne".

Un courrier électronique soulève des doutes sur la manière dont le gouvernement fédéral a présenté l'affaire
 

Ramstein est un territoire allemand, mais même les fonctionnaires et les politiciens allemands ne sont pas autorisés à y entrer sans l'autorisation du commandant étatsunien. Il y a toujours des indices tangibles d'activités qui violent le droit allemand ou international. Au moins un suspect terroriste italien a été enlevé en Égypte via la base. SZ et NDR ont également révélé le rôle central de Ramstein dans les opérations de drones étatsuniens et les meurtres illégaux de terroristes présumés. Les responsables berlinois veulent également que la presse en parle pour la première fois.

Des doutes sur la présentation de l'affaire par le gouvernement fédéral sont soulevé par un courriel qui a été envoyé au BIRN et à l'OCCRP. Dans ce contexte, le Special Operations Command (Socom) des États-Unis, qui est responsable de l'achat d'armes, ordonne à ses fournisseurs de services de cesser de demander des permis de transit. L'Allemagne est devenue très sensible à de telles demandes", déclare le courriel de décembre 2016, "et d'où venait cette idée, s'il n' y avait pas eu de discussions avec Berlin ou même des demandes des Etatsuniens au gouvernement fédéral ? Face à cela, elle a seulement expliqué qu'elle "ne connaissait pas le contenu des pourparlers entre l'armée étatsunienne et les fournisseurs".

Une information erronée doit avoir des conséquences
 

La Socom a d'abord indiqué qu'elle n'avait pas "actuellement et avant 2016" d'armes destinées à la Syrie dans des bases étatsuniennes en Allemagne ou qu'elle ne les avait pas lancées par leur intermédiaire - ce qui n'exclut pas la période allant de 2016 au début 2017. Sur demande, il a été dit qu'aucune arme n'avait été livrée pendant cette période, du moins pas par "vols sous contrat". La Socom a laissé ouverte la question de savoir si les armes étaient livrées par d'autres moyens, tels que des engins militaires, à utiliser sur demande. En Europe de l'Est, les livraisons ont été déclarées "à des fins de défense en usage direct par le gouvernement étatsunien", mais avec l'ajout qu'elles seraient "transmises en tant que soutien à des programmes d'éducation ou de formation étatsuniens ou à la coopération en matière de sécurité" - mais pas à qui.

Si les agences étatsuniennes ont donné de fausses informations aux autorités allemandes, comme par exemple celles que les armes devraient être livrées aux États-Unis, cela aurait de graves conséquences - théoriquement. Les principes politiques du gouvernement fédéral en matière d'exportation d'armes stipulent qu'un destinataire doit être exclu "en principe" de toute nouvelle livraison d'armes. Selon le ministère des Affaires économiques, il n'est pas tenu compte de la fréquence et de l'ampleur de cette situation dans les statistiques.

Collaboration: Ivan Angelovski, Lawrence Marzouk

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page