Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Macron's Watch n°2. Mépris, Aliénation et Crimes de guerre

par SLT 30 Juillet 2017, 19:15 Macron's Watch Libye Cameroun Françafrique Crimes de guerre Torture Armée française Tension diplomatique Italie Articles de Sam La Touch

Bulletin du 24.07.17 au 29.07.17

Le mépris

L'initiative de Macron sur la Libye a fait grincer des dents à Rome. L'Italie avait jusque-là été à la pointe des efforts pour ramener la paix dans son ancienne colonie d'Afrique du Nord, se rangeant résolument derrière Fayez Seraj premier ministre du gouvernement d'unité nationale soutenu par l'ONU et ne cachant pas son profond scepticisme envers Khalifa Haftar soutenu par la CIA et les grandes puissances qui dans le sinistre drame libyen jouent double jeu.

 

Lire également : - Le général soutenu par la CIA entend prendre le pouvoir en Libye

 

Macron en s'impliquant dans le drame libyen et en invitant les deux protagonistes,  contourne complètement la diplomatie italienne et la désavoue en mettant sur le même plan le gouvernement loyaliste et forces rebelles de Khalifa Haftar sans même consulter les autorités italiennes ou se coordonner avec elles.

"Macron veut s'impliquer beaucoup plus en Libye. C'est bien, mais il nous snobe. Nous n'avons pas été consultés", déclarait lundi un diplomate au ministère italien des Affaires étrangères, sous le sceau de l'anonymat. "Cela a fortement irrité", a-t-il ajouté. (Reuters L'initiative de Macron sur la Libye fait grincer des dents à Rome).

Pour l'ancien président italien de la Commission européenne Romano Prodi, Emmanuel Macron fait passer d'abord les intérêts de la France, aux dépens de l'Italie. Le journaliste de télévision Bruno Vespa, estime que l'Italie a été "cocufiée" par la France. "Révoltez-vous!", lance-t-il sur Twitter à l'adresse de Gentiloni et du chef de la diplomatie italienne, Angelino Alfano.

Les méthodes de Macron illustrent son peu de souci de la coordination entre les Etats européens pour traiter des questions internationales et sa propension à agir seul. Avec l'affaire de la récente nationalisation des chantiers navals STX de Saint-Nazaire, le sentiment d'être maltraité par la France croît en Italie.

Eugenio Scalfaro, fondateur du quotidien de référence italien La Repubblica, socialiste et européen convaincu a déclaré cette semaine : «Chère gauche italienne, cher gouvernement [...] c'est sur Macron que vous devez aujourd'hui vous concentrer, [afin de] de ne pas vous laisser réduire à une sorte de colonie telle que la Tunisie, l'Algérie ou, très précisément la Libye», a ainsi martelé l'intellectuel le 23 juillet 2017, dans les colonnes de son journal, comparant même Emmanuel Macron à Napoléon et évoquant en filigrane Il disprezzo : le mépris de Macron envers le gouvernement italien.

 

 

L'aliénation

Les propos racialistes de Macron au sommet du G20 évoquant "les Etats faillis africains" et mettant cela sur le compte d'un "problème civilisationnel" et de la surnatalité africaine n'en finissent pas de créer la polémique, même si le P.A.F s'est bien gardé de les relayer. Ses paroles et son idéologie malthusienne - relayées deux jours plus tard par des articles de Mondafrique ciblant la surnatalité du Niger (Niger, un vertige démographique ; Sept enfants par femme au Niger) en éludant complètement le rôle de la Françafrique, du FMI et d'Areva dans le pillage du Niger et sa situation actuelle - semblent à présent influencer le discours des dirigeants françafricains qui du Tchad au Burkina Faso reprennent le discours macroniste en coeur.

Le samedi 22 juillet lors d'une rencontre tenue à Ouagadougou, les parlementaires des 15 pays de la Cedeao se sont engagés à réduire de moitié le nombre d'enfants par femme. Les députés ouest-africains se sont-ils convertis au malthusianisme prôné par le président français ?

Macron a-t-il senti le vent venir et a exprimé au G20 ce que les dirigeants africains envisageaient de mettre en place ou s'agit-il d'un comportement mimétique de dirigeants sous influence ? Franz Fanon parlerait d'aliénation, à savoir que l'opprimé va reprendre à son compte le discours et les représentations de celui qui l'opprime et le domine. Ainsi la négritude de Senghor selon laquelle "la raison est hélène et l'émotion est nègre" est une reprise des pires poncifs racialistes distillés par les colonisateurs et oppresseurs qui considéraient le Nègre comme limité intellectuellement mais doué physiquement. Certains dirigeants françafricains ont-ils repris les poncifs racialistes macroniens et malthusiens pour faire plaisir aux oppresseurs qui les ont mis en place ? Sont-ils de simple courroie de transmission des instances internationales et institutions financières internationales qui 
fixent le montant de leurs dettes et de leurs intérêts les maintenant éternellement en laisse ?

Pourtant, vouloir résumer la persistance du sous-développement à une question de limitation de naissances procède d’une solution simpliste, réductrice et dangereuse.

Sael Diar rappelle dans Lactuacho, que l’économiste Malthus avait construit sa théorie économique de limitation des naissances en rapport avec un état d’esprit conservateur induit par sa formation religieuse : "Aujourd’hui, en tant qu’économiste, et homme politique, nous exprimons nos réserves sur sa théorie pour trois raisons :

1. l’idée que la progression démographique (de manière géométrique) est plus rapide que l’augmentation des ressources (progression arithmétique), d’où une paupérisation de la population est discutable. D’abord, les ordres de grandeur qualifiés de géométrique et d’arithmétique ne sont pas tirés de certitudes scientifiques. Ensuite,contrairement au 18ème siècle, les ressources ne se limitent plus uniquement aux aspects matériels et naturels mais relèvent aussi de potentiels en termes d’innovations industrielles, de productivité agricole et de Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication qui sont de véritables déclencheurs de richesses.

2 le potentiel démographique est devenu aujourd’hui non plus une contrainte mais un atout. Il constitue la demande en terme de consommation, représente l’offre en sa qualité deforce de travail ; spécifiquement dans les sociétés africaines, le nombre d’enfants peut représenter une « soupape de sécurité » en terme de retraite et de sécurité sociale.

3 Dans un monde du 21 ème siècle où les moyens de communication ont fini de transformer la planète en « gros village » avec des élans notoires en terme de solidarité, et où le religieux reprend sa place, des thèses tendant à culpabiliser les pauvres à qui il faut cesser toute aide, ou à remettre en cause le devoir sacré de procréation sont à proscrire..."

Enfin, un peuple nombreux est plus difficile à soumettre et à néocoloniser qu'un peuple à la population restreinte. D'autre part la densité de population en Afrique, comparativement à son territoire, reste encore restreinte eu égard à la saignée démographique causée par l'esclavage, le travail forcé et les pacifications coloniales à coup de massacre à caractère génocidaire ou de génocides coloniaux matrice du génocide européen. Suite à l'occupation coloniale européenne de l'Afrique des pays comme le Tchad et la RDC ont vu leur population divisée par deux, les Herero ont été exterminés à 80% par les troupes coloniales allemandes au début du XXème siècle. Et maintenant ce sont les arrières petits enfants de la génération coloniale qui n'a jamais fait la moindre réparation qui vont imposer aux Africains les conduites à tenir en matière développementale. Après les ajustements structurels dévastateurs et le chantage à la dette (dont on voit les effets dévastateurs en Grèce), vont ils se voir imposer le malthusianisme ?

Le vrai problème de l'Afrique ne vient-il pas de ces dirigeants installés par l'armée française (ou les puissances occidentales) au Gabon, au Togo, au Tchad, au Cameroun, au Congo-Brazzaville, en Libye, en Côte d'Ivoire qui semblent appliquer à leur propre pays des politiques néolibérales sauvages (privatisation des hôpitaux, des services publiques, de l'eau, de l'électricité...) pour le compte de leurs maîtres occidentaux, de leurs multinationales et qui subissent de plus les affres d'une dette odieuse contractée pendant la colonisation par les banques des colons et de leurs institutions financières ? N'a-t-il pas à voir avec la confiscation de la démocratie par les anciens colons belges et leurs alliés étatsuniens pour installer la dictature en RDC en installant Mobutu après avoir fait assassiner Lumumba élu démocratiquement ? Le problème africain ne vient il pas du fait que les Africains ne sont pas souverains chez eux et qu'ils se voient imposer des politiques prédatrices par les "anciennes" puissances coloniales qui n'ont rien à voir avec leurs aspirations et les intérêts de leurs peuples ? Ne vient il pas du fait que les pays africains n'ont tout simplement pas été décolonisés ? A regarder le destin des dirigeants panafricains de Lumumba, de Kadhafi, de Gbagbo, on est en droit de se le demander ?

 

Crimes de guerre au Cameroun

 

Dans un rapport paru jeudi 20.07.17, Amnesty International (AI) a dénoncé la détention au secret et la torture par les forces de sécurité camerounaises des prisonniers soupçonnés de faire partie du groupe armé tel que Boko Haram. Amnesty international notait également la présence de militaires français et étatsuniens sur une base utilisée comme centre de détention à Salak, dans le nord du pays. Au moins 130 hommes et jeunes hommes sont portés disparus depuis 2014 et au moins une centaine ont été tenus au secret et torturés en toute impunité. Amnesty international évoque des "crimes de guerre". 

Mais que font les soldats français dans ces centres de torture au Cameroun ? Le Monde n'a eu aucune réponse de la part de l'ambassade de France en date du 20.07.2017 :
" L’ambassade de France n’a pas encore donné suite. « Dès qu’il est question de Boko Haram, les chancelleries occidentales et les Nations unies sont très timides sur les principes fondamentaux », constate Ilaria Allegrozzi. Les autorités camerounaises, après s’être montrées dans un premier temps ouvertes aux échanges avec l’organisation de défense des droits de l’homme, semblent désormais rétives à la critique. Fin mai, les délégués d’Amnesty International n’ont pu rencontrer aucun représentant du gouvernement à Yaoundé et leur conférence de presse a été interdite à la dernière minute...". 

Pourtant la pratique de la torture au Cameroun a été mise en place durant la colonisation et s'est systématisée lors de "la guerre totale" menée par De Gaulle contre les indépendantistes camerounais et les populations qui les soutenaient. En d'autre terme, il s'agit d'un crime contre l'humanité qui a fait des dizaines de milliers à des centaines de milliers de morts selon les estimations. 

Sur la systématisation de la torture et la guerre totale menée par l'armée française au Cameroun, regardez le reportage à partir de 32'00"

Cette "French touch" développée en Algérie par l'armée française lors de la bataille d'Alger puis sophistiquée à plus grande échelle au Cameroun de 1956 à 1971, a été exportée par des officiers français (notamment Aussaresses) dans les dictatures chilienne et argentine pour être appliquée par les USA plus récemment en Irak et en Afghanistan.


Mais le Cameroun n'est toujours pas un pays indépendant et la France n'est pas entrée dans une ère post-coloniale contrairement à ce que prétend le magistère médiatico-politico-intellectuel et ce pour trois raisons :

1. Ce pays a pour monnaie le Franc des Colonies françaises d'Afrique rebaptisé pour la forme Franc Communauté Financière Africaine mais sa convertibilité est assurée par le Trésor français et le Cameroun doit déposer 50% de ses recettes à la Banque de France.


Franc CFA : des économistes dénoncent « la servitude monétaire » (JAI)
Lire également : Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain

2. Le régime actuel a été installé par l'Etat français.
Le Monde du 23 juin 2008 Comment le Cameroun est passé de la colonisation à la dictature
"La France choisit le futur président Ahidjo, non sans avoir tout fait pour écraser le principal parti d'indépendance, l'UPC (Union des populations du Cameroun)... La répression contre l'UPC est d'une extrême violence : tortures, assassinats, exposition des têtes coupées des victimes, bombardements...Epaulées par l'armée française, les forces camerounaises appliquent ses méthodes. Dix années de terreur et des centaines de milliers de morts seront nécessaires pour venir à bout de l'opposition. Aujourd'hui, Paul Biya, héritier du régime Ahidjo, conserve le soutien de la France".

Lire également :
Le Monde 04.11.2011 La guerre coloniale du Cameroun a bien eu lieu. Il est temps d'en finir avec la falsification de l'Histoire."... Paul Biya est arrivé au pouvoir sans jamais avoir été élu, ni s'être jamais présenté à la moindre élection. Il a simplement été désigné par son prédécesseur Ahmadou Ahidjo, qui gouverna lui aussi son pays d'une main de fer. A l'origine de ce demi-siècle de dictature, on trouve une guerre. Une terrible guerre coloniale menée par l'armée française, une guerre cachée et encore taboue aujourd'hui, qu'il nous appartient à nous, Camerounais comme Français, de regarder en face..."

 

3. L'armée française occupe encore le pays et dispose de bases militaires.

 


Alors quel est le degré d'implication de l'armée française dans les tortures actuelles au Cameroun sous prétexte de lutter contre les terroristes de Boko Haram soutenus financièrement par l'Arabie saoudite elle-même soutenue militairement, politiquement et économiquement par la France et les USA ? L'armée française inculque-t-elle les derniers rudiments de "French Touch" aux soldats camerounais, dirige-t-elle la "guerre antisubversive" contre les terroristes de Boko Haram et de quelle manière ?
Alors que l'ambassade française n'a pas répondu aux questions du Monde en date du 20 juillet, la question sera-t-elle posée au gouvernement via le Parlement français ? Peu de chance d'avoir une réponse et même une question sous le régime de la Vème ? Que fait le chef de guerre Macron avec son armée au Cameroun ? L'armée française est elle complice de crimes de guerre au Cameroun ? Quelle sera la politique menée par Macron en Afrique maintenant qu'il vient de nommer chef des états-majors un ancien des troupes coloniales mis en cause pour sa collaboration dans le génocide rwandais ?

Allez, circulez...

A lire :
- AI
Cameroun : Torture, le rapport qui accuse l’armée camerounaise. Le rapport qui accuse l’armée camerounaise de torture en complicité avec les troupes françaises et américaines...

 © Anne-Christine Poujoulat Source AFP

© Anne-Christine Poujoulat Source AFP

Haut de page