Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 Sep

Revue de presse n°10. Réseau US d'armes en Syrie; Collaboration française au Yémen; les USA protègent l'Arabie; Polémique Trump-May; Abandon du processus de paix en Israël; 11 septembre 1973 et 2001; Polémique autour de la mort d'Hendrix

Publié par SLT  - Catégories :  #Revue de presse, #Syrie, #Impérialisme, #Yemen, #Crimes de guerre, #France, #Collaboration, #Arabie Saoudite, #Crimes contre l'humanité, #Salvador Allende, #Chili, #Coup d'Etat, #Israël, #Trump, #Netanyahu, #Armement, #11-09, #Jimi Hendrix, #Articles de Sam La Touch

Revue de presse du dimanche 10 septembre au dimanche 18 septembre 2017

Voici les thématiques sélectionnées durant la semaine du 10.09.17 au 18.09.17 par SLT que vous ne retrouverez pas ou peu dans le P.A.F :

Revue de presse n°10. Réseau US d'armes en Syrie; Collaboration française au Yémen; les USA protègent l'Arabie; Polémique Trump-May; Abandon du processus de paix en Israël; 11 septembre 1973 et 2001; Polémique autour de la mort d'Hendrix

- Réseau US d'armes en faveur des rebelles syriens
Source : OCCRP, Süddeutsche Zeitung, Trud.bg

- La France soutient l'Arabie saoudite dans ses crimes de guerre au Yémen
Source : Orient XXI, Amnesty International

- Yemen. Les Etats-Unis protègent l'Arabie saoudite à l'ONU et entravent une enquête internationale
Source : Reuters

- Polémique Trump May sur les attentats de Londres
Sources : Twitter, Le Figaro, AFP
 

- Israël et les USA abandonnent le processus de paix
Source : American Conservative

- 11 septembre 1973 : décès d'Allende suite au coup d'état chilien soutenu par les USA
Source : ARTE

- 11 septembre 2001 : l'Arabie saoudite mise en cause
Source : New York Post, Al Abawa

- 18 septembre 1970 . Disparition de Jimi Hendrix, polémique autour de son décès.
Source : Le Figaro, Libération, ReelZ

Réseau US d'armes en faveur des rebelles syriens

Le puzzle des livraisons d'armes par le Pentagone et la CIA aux rebelles syriens est en passe d'être reconstitué complètement semble-t-il. Après deux articles phares  qui révélaient le circuit des armes soviétiques achetés par les USA pour les rebelles syriens ( Des vols diplomatiques envoient des armes aux terroristes (Trud.bg); Expéditions d'armes étatsuniennes en Syrie. Le fret délicat de Ramstein (Süddeutsche Zeitung )), c'est au tour de l'OCCRP de révéler les mécanismes de livraison d'armes aux rebelles syriens soutenus par les Etats-Unis. Selon ce rapport, le Pentagone et la CIA auraient acheté pour 2.2 milliards de dollars en armes soviétiques et les auraient acheminées vers la Syrie en falsifiant les certificats de la Socom. Les armes soviétiques auraient été achetées en Europe de l'Est (Bulgarie, Roumanie, Serbie, Pologne, Croatie, Ukraine, Bosnie, Kazahkstan, Georgie) et en Afghanistan. Ces armes auraient ensuite été acheminées en Bulgarie et en Roumanie (par vols diplomatiques selon Trud.bg) et aussi sur la base US de Ramstein en Allemagne (selon le Süddeutsche Zeitung) pour être ensuite envoyées en Turquie, en Jordanie et au Koweit. Amnesty international s'inquiète des violations récurrentes du contrôle des armements par les USA et des conséquences de l'envoi massif d'armes à des groupes rebelles connus pour des violations massives des droits humains et des crimes de guerre. Si le rapport de l'OCCRP se révélait exact, cela serait particulièrement inquiétant pour l'avenir à la fois du Moyen-Orient avec le risque comme en Libye d'une dissémination majeure des armes à des groupes terroristes mais aussi pour le contrôle international des armes dans le monde.

La France soutient l'Arabie saoudite dans ses crimes de guerre au Yémen

La revue Orient XXI vient de publier un des rares articles de presse français faisant état de la responsabilité de l'Etat français dans les crimes de guerre commis par la coalition saoudienne au Yémen. Nous signalons déjà cette aporie depuis près de deux ans alors que la presse anglosaxonne traite allègrement du sujet concernant les pays anglo-saxons.
Dans la RP n°7, nous écrivions d'ailleurs : "
Enfin il est à noter que si les médias étatsuniens et britanniques mainstreams (CBS, NYT, Washington Post, ABC,The Independent, The Guardian...) ou libres (Zero Hedge, Alternet...) couvrent allègrement la responsabilité de leurs gouvernements respectifs dans leur soutien aux crimes de guerre commis par l'Arabie saoudite au Yémen, l'immense majorité des médias français qu'ils soient mainstreams ou libres ne couvrent pas les informations faisant état de l'implication française dans la guerre au Yémen au côté des saoudiens et contrairement à la Syrie ne couvrent que très peu ce conflit. C'est sans doute là les effets pervers d'un régime politique - imposé par un Général lors d'une guerre coloniale en 1958 - qui a constitutionnellement mis hors champs le Parlement sur les questions de politique étrangère et du pouvoir exécutif laissant les médias dans la plus grande opacité qu'ils soient mainstreams ou libres.

Cet article d'Orient XXI vient mettre un terme à un quasi black out de la presse française dont les capacités critiques sur les responsabilités de l'hexagone au Yemen auprès de l'Arabie Saoudite sont sérieusement atrophiées. Orient XXI vient de publier une enquête digne du grand journalisme d'investigation mais force est de constater qu'elle a été plus reprise par les médias libres que par les médias grand public.

Selon des informations inédites de l’Observatoire des armements livrées à Orient XXI, le gouvernement français serait passé par un contrat destiné au Liban pour préparer la guerre au Yémen et accélérer ses livraisons d’armes au plus fort du conflit. (Comment la France participe à la guerre contre le Yémen. Ventes d’armes et crimes de guerre).

 

Extrait :
Les bombardements de la coalition — dont des « bavures » qui s’apparentent à des crimes de guerre sur lesquels l’Arabie saoudite a réussi à empêcher l’ONU d’enquêter jusqu’à présent — auraient tué 10 000 civils d’après les données relayées depuis janvier 2017, le bilan exact est en fait inconnu. L’ONU et plusieurs ONG parlent d’épidémie de famine, de choléra, et de milliers de blessés et déplacés. Une « catastrophe entièrement causée par l’homme », rappelle le dernier rapport du Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU. À cela s’ajoutent la destruction partielle de la vieille ville de Sanaa, patrimoine mondial de l’humanité, et l’expansion d’Al-Qaida dans la péninsule Arabique (AQPA) : « AQPA est plus puissant que jamais. Alors que l’organisation de l’État islamique (OEI) fait les gros titres [...], Al-Qaida est le modèle de réussite ». Il a notamment « su exploiter une économie de guerre florissante », écrit April Longley Alley. L’Arabie saoudite a inondé le Yémen de fusils d’assaut Steyr AUG ; une partie d’entre eux a atterri entre les mains d’AQPA, dont se réclamait un des tueurs de Charlie Hebdo, ce qui pose la question du détournement des armes par des groupes terroristes.

Le Traité sur le commerce des armes (TCA) ratifié par la France le 2 avril 2014 interdit pourtant les exportations d’armes pouvant servir à des violations du droit international humanitaire. Or, non seulement la France n’a pas stoppé ses ventes d’armes aux belligérants en mars 2015 mais elle les a accentuées : Rafale au Qatar et à l’Égypte, porte-hélicoptères Mistral et frégate Fremm à l’Égypte, blindés légers Renault Sherpa light et hélicoptères Caracal à Koweït. Créancière de certains de ces pays, l’Arabie saoudite a la capacité de les entraîner dans une guerre, et l’armement vendu à ses alliés peut lui être prêté ou servir ses objectifs militaires.

« La France a octroyé pour un peu plus de 16 milliards d’euros de licences pour la seule Arabie saoudite en 2015 et livré à ce pays pour 900 millions d’euros d’équipements militaires la même année [...]. À aucun moment, le gouvernement n’a indiqué ces deux dernières années qu’il avait refusé, révoqué ou suspendu des autorisations d’exportation », commente Amnesty International.

 

"des sources indiquent que :

 dès le déclenchement de la guerre au Yémen, l’armée française « a effectué des vols de reconnaissance au-dessus des positions houthies pour le compte du client saoudien et continue à former ses pilotes de chasse », selon MS&T Magazine ;

 la France a également transféré des nacelles Thalès Damocles XF de désignation de cible et de guidage de bombes, que les forces saoudiennes placent sous leurs avions de chasse – ce qui n’empêche pas les « bavures » ;

 trois mois après le début du conflit, un avion ravitailleur Airbus 330-200 MRTT a été livré à l’Arabie saoudite. C’est le dernier d’une flotte de six ; en avril 2017, deux de ces avions étaient déployés au Yémen. Indispensables à la guerre en cours, ils ravitaillent en vol les F-15 saoudiens en carburant ;

 des canons Caesar 155 mm de l’entreprise française Nexter, des hélicoptères de transport Cougar du groupe européen EADS et des drones de renseignement militaire SDTI de l’entreprise française Sagem ont été transférés durant le conflit ;

 en 2016, la France a livré 276 blindés légers indique son propre rapport rendu en juillet 2017 au secrétariat du TCA. Ce lot serait composé en grande partie de blindés légers Renault Sherpa light et Vab Mark 3 du groupe Renault Trucks Defense originellement destinés au Liban. Dès février 2016, face à l’échec des campagnes de bombardements, la coalition s’appuie sur des milices locales équipées de véhicules légers émiratis Nimr pour tenter de déloger les forces houthies3. L’arrivée des blindés légers français, qui se faufilent sans difficulté dans les rues étroites des villes arabes, s’inscrit pleinement dans cette stratégie de contre-insurrection déployée au sol. Et les Sherpa light sont équipés de capteurs de dernière génération offrant une protection contre les engins explosifs improvisés posés par les forces houthies ;

 de plus, la coalition fait également usage de petits patrouilleurs, en soutien aux navires de guerre, pour assurer le blocus du pays. Si l’entreprise française Couach bloque à quai deux patrouilleurs rapides à destination du Yémen en raison de l’embargo, elle débute ses livraisons d’intercepteurs rapides à l’Arabie saoudite dès août 2016, publie Mer et Marine. Selon Ouest-France, 39 nouveaux exemplaires de ce type de bateaux sont destinés à Riyad. En décembre 2016, le contrat était en cours de finalisation ;

 pour assurer le blocus qui affame la population, la coalition utilise des Corvettes Baynunah livrées aux Émirats arabes unis, notent Nadav Pollak et Michael Knights dans « Gulf Coalition Operations in Yemen (Part 3) : Maritime and Aerial Blockade »4. Quand la flotte du royaume est entrée en maintenance en mars 2016, la marine française l’a remplacée pour assurer la continuité du blocus, expliquait alors La Lettre de l’Océan indien. L’artillerie et la marine des forces de la coalition sont par ailleurs munies de systèmes électroniques de navigation vendus par Safran, autre groupe d’armement français. Des instruments notamment essentiels à la logistique des tirs ;

 enfin, 745 fusils de précision ont été livrés à Riyad en 2015 et 500 en 2016 selon les rapports au Parlement sur les exportations d’armes de 2016 et 2017."

 

En clair, l'Etat français pourrait être impliqué devant les juridictions internationales de complicité de crimes de guerre et de complicité de crimes contre l'humanité au Yémen. Ce qui ne serait pas sans rappeler son action au Rwanda en 1994, en Libye en 2011 et en Côte d'Ivoire en 2011.

 

A lire également :
- Quand Amnesty international demande à François Hollande de suspendre immédiatement les transferts d’armes et les soutiens militaires à l’Arabie saoudite responsable de crimes de guerre au Yémen
- Reuters Yemen. Une ONG dénonce les ventes d'armes illégales de la France, de la Grande-Bretagne et des USA à l'Arabie saoudite
- Mondafrique Les Forces spéciales françaises interviennent au Yémen
- Record : la France a vendu pour plus de 14 milliards d'euros d'armes en 2016, notamment à l'Arabie saoudite
 

Yemen. Les Etats-Unis protègent l'Arabie saoudite à l'ONU et entravent une enquête internationale

Selon Reuters, la Chine a fait savoir mercredi qu'elle était disposée à soutenir une enquête internationale sur les atrocités perpétrées au Yémen, comme l'a demandé le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, mais l'Arabie saoudite et les États-Unis ont déclaré qu'ils n'appuyaient pas cette idée.

Polémique Trump May sur les attentats de Londres

Les récents attentats de Londres qui ont fait près de 30 blessés ont généré une polémique entre les chefs d'Etat étatsunien et britannique.

Sur Twitter, Trump s'est fendu d'un tweet dont il a le secret. Il a déclaré au sujet de l'attentat de Londres du 15 septembre 2017  :
"Autre attaque à Londres par un terroriste raté. Ce sont des gens malades et déments qui étaient dans la ligne de mire de Scotland Yard. Il faut être proactif!".

Another attack in London by a loser terrorist.These are sick and demented people who were in the sights of Scotland Yard. Must be proactive!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 15 septembre 2017

Trump sous-entendant ainsi que les autorités britanniques étaient déjà sur la trace des terroristes avant qu'ils ne commettent leur méfait.

Ceci a suscité immédiatement l'ire de Londres qui a critiqué les propos de Trump sans démentir selon Le Figaro :

"Interrogée par l'AFP, la police de Londres a qualifié les propos du président américain de "spéculation inutile". 

Un ancien responsable du cabinet de la première ministre britannique Theresa May, Nick Timothy, a également réagi à ces tweets. "Vrai ou pas - et je suis certain qu'il ne sait pas - ceci est vraiment malvenu de la part du dirigeant de notre allié et partenaire dans le renseignement", a-t-il asséné". 

Theresa May a déclaré :
"Je pense qu'il n'est d'aucune aide pour quelqu'un de spéculer sur une enquête en cours".

Israël et les USA abandonnent le processus de paix

Dans un article publié dans American Conservative, Geoffrey Aronson, président du conseil d'administration et cofondateur de The Mortons Group et chercheur non-résident à l'Institut du Moyen-Orient estime que Israël et la Maison-Blanche ont abandonné le processus de paix : "Les sympathies de Trump sur la question palestinienne sont clairement en faveur de l'aile droite révisionniste d'Israël. Lui et ses aides ont peu d'idées et encore moins d'intérêt sur la façon d'aborder - et encore moins de résoudre - le conflit. En conséquence, Netanyahu a renoncé à toute prétention ou engagement dans l'évacuation du territoire de Cisjordanie pour faire place à la création d'un État palestinien. "Nous sommes ici pour rester éternellement", a-t-il déclaré lors d'une cérémonie récente marquant un demi-siècle de colonisation dans le nord de la Cisjordanie. "Il n' y aura plus de déracinement des colonies sur la terre d'Israël." "C'est l'héritage de nos ancêtres", a-t-il dit. "C'est notre terre."...Plus largement, le premier ministre israélien le plus anciennement en poste a ressuscité une conception orientaliste et démodée du rôle international d'Israël en tant que bras militant de l'Occident, quoique civilisateur. À la résidence de l'ambassadeur étatsunien à l'occasion de la célébration du 4 juillet, Netanyahu a souligné cet intérêt personnel, quoique fascinant, pour ce récit. "Israël est aussi un porte-avions", a-t-il déclaré. "C'est un porte-avions pour la civilisation occidentale, pour la civilisation de la liberté." Netanyahu n'est pas le premier à manifester de telles sympathies. Son prédécesseur Ehud Barak a décrit Israël comme "une villa dans la jungle", une telle grandiloquence résonne, en particulier dans le monde de Trump et au-delà. Le Grand Israël en tant que défenseur estimé de l'Occident - c'est-à-dire de la civilisation elle-même - repousse la perspective de concessions territoriales israéliennes conséquentes en Cisjordanie."

11 septembre 1973 : décès d'Allende suite au coup d'état chilien soutenu par les USA

Voici le dernier discours de Salvador Allende, président du Chili élu démocratiquement, avant qu'il décède suite à un coup d'Etat mené par la junte militaire de Pinochet soutenu et porté par la CIA et les autorités étatsuniennes.

 

Mes amis,

C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, manifestait sa fidélité et sa loyauté au gouvernement, et aujourd’hui vient de s’autoproclamer directeur général des carabiniers.

Devant ces faits, il n’y a qu’une seule chose que je puisse dire aux travailleurs : je ne démissionnerai pas !

Placé à un tournant historique, je paierai de ma vie la loyauté du peuple. Et je suis certain que la semence déposée dans la conscience digne de milliers et de milliers de Chiliens ne pourra être arrachée pour toujours.

Ils ont la force, ils pourront asservir, mais les processus sociaux ne s’arrêtent avec le crime ni avec la force.

L’histoire nous appartient et ce sont les peuples qui la font.

Travailleurs de ma patrie,

Je tiens à vous remercier de votre loyauté de toujours, de la confiance que vous avez deposée en un homme qui ne fut que l’interprète des grands désirs de justice, qui donna sa parole de respecter la Constitution et la loi, et qui l’a tenue.

Dans cet instant ultime, le dernier où je puisse m’adresser à vous, je vous demande que vous mettiez à profit cette leçon : le capital étranger et l’impérialisme, unis à la réaction, ont créé le climat pour que les forces armées rompent leur tradition, celle que leur enseigna le général Schneider et que réaffirma le commandant Araya, qui tombèrent victimes de la même couche sociale qui, aujourd’hui, attend bien au chaud qu’une main étrangère lui rende le pouvoir pour continuer à défendre ses profits et ses privilèges.

Je m’adresse tout d’abord à la modeste femme de notre terre, à la paysanne qui a cru en nous, à l’ouvrière qui a travaillé plus, à la mère qui a compris de notre préoccupation pour les enfants.

Je m’adresse aux travailleurs des professions libérales qui ont eu une conduite patriotique, à ceux qui ont agi contre la sédition encouragée par les organisations corporatives, ordres de classe qui ne cherchent qu’à défendre les avantages que la société capitaliste n’accorde qu’à une poignée.

Je m’adresse à la jeunesse, à ceux qui chantèrent et communiquèrent leur joie et leur esprit de lutte.

Je m’adresse à l’homme du Chili, à l’ouvrier, au paysan, à l’intellectuel, à tous ceux qui seront persécutés... car dans notre pays le fascisme s’est déjà fait connaître depuis longtemps dans les attentats terroristes, faisant sauter les ponts, coupant les voies ferrées, détruisant les oléoducs et les gazoducs, bénéficiant du silence de ceux qui avaient l’obligation d’assurer la défense... L’histoire les jugera !

Radio Magallanes sera sûrement réduite au silence, et le son tranquille de ma voix n’arrivera plus jusqu’à vous.

Peu importe, vous continuerez à l’entendre, je resterai toujours à vos côtés ; mon souvenir sera au moins celui d’un homme digne qui fut fidèle à la loyauté des travailleurs.

Le peuple doit se défendre, mais pas se sacrifier. Le peuple ne doit pas se laisser cribler ni écraser, mais il ne doit pas non plus se laisser humilier.

Travailleurs de ma patrie,

J’ai crois au Chili et en son destin. D’autres hommes sauront dépasser ce moment gris et amer où la trahison prétend s’imposer. Allez de l’avant et sachez que dans un avenir plus proche que lointain s’ouvriront à nouveau les larges avenues par où s’avancera l’homme libre pour construire une société meilleure.

Vive le Chili ! Vive le peuple ! Vivent les travailleurs !

Celles-ci sont mes dernières paroles.

J’ai la certitude que mon sacrifice ne sera pas inutile ; j’ai la certitude qu’il sera tout au moins une leçon morale pour châtier la félonie, la couardise et la trahison.

11 septembre 2001 : l'Arabie saoudite mise en cause

Paul Sperry, dans The New York Post, dans un article intitulé :
évoque "de nouveaux éléments de preuve qui impliqueraient l'Arabie saoudite dans l'organisation et la préparation des attentats du 11 septembre 2001 aux USA. "l'ambassade à Washington a peut-être financé une "répétition" des détournements effectués par deux employés saoudiens, ce qui a renforcé les allégations que des employés et des agents du royaume aient aidé les pirates de l'air et les comploteurs du 11 septembre. Deux ans avant les attentats, l'ambassade saoudienne avait payé deux ressortissants saoudiens, qui vivaient sous couverture aux États-Unis en tant qu'étudiants, pour qu'ils puissent voler de Phoenix à Washington "pour une répétition des attentats du 11 septembre 2001", affirme la plainte déposée au nom des familles de quelque 1 400 victimes tuées dans les attentats terroristes il y a 16 ans. Le dossier de la cour fournit de nouveaux détails qui décrivent "un modèle de soutien financier et opérationnel" de la part de sources officielles saoudiennes envers la conspiration du 11 septembre 2001, ont déclaré les avocats des plaignants. En fait, le gouvernement saoudien pourrait avoir été impliqué dans le soutien des attaques dès les premières étapes - y compris les tests de sécurité dans le cockpit".

Selon Al Bawaba, Paul Sperry serait un adepte de la théorie du complot islamophobe : "Ces références à un "réseau d'agents" et à la "conspiration terroriste " rappellent la rhétorique du livre de Sperry de 2005 intitulé "Infiltration : How Muslim Spies and Subversives have Penetrated Washington".D'après sa description, il est clair que ce travail de 12 ans est allé au-delà du journalisme d'investigation pour employer un récit anti-islamique et intolérant qui fait peur et qui se lit comme une théorie de la conspiration."

 

18 septembre 1970. Disparition de Jimi Hendrix, polémique autour de son décès.

Jimi Hendrix est mort le 18 septembre 1970 dans des conditions étranges et non encore élucidées qui ont laissé la voie ouverte à différentes hypothèses.  Officiellement Hendrix, serait mort suite à l'absorption de barbituriques et d'alcool en grande quantité. La cause du décès serait lié à l'inhalation de son vomi dans les poumons. Mais lecertificat de décès laissait la cause de la mort ouverte devant l'absence de preuves suffisantes pour expliquer son décès.

Le Dr Bannister qui était en service à l'hôpital St Mary Abbots de Kensington lorsque Hendrix a été amené à l'hôpital, a déclaré qu'il a été choqué par la quantité incroyable de vin retrouvée dans les poumons et l'estomac d'Hendrix sans rapport avec le taux d'alcoolémie faible retrouvée après autopsie.

"Nous avons mis un drain d'aspiration que vous avez mis dans sa trachée, l'entrée de ses poumons et tout le fond de sa gorge."On n'arrêtait pas d'aspirer et ça continuait à jaillir. Il avait déjà vomi des masses de vin rouge et je pensais qu'il y avait une demi-bouteille de vin dans ses cheveux. Il s'était vraiment noyé dans une énorme quantité de vin rouge. Quand vous êtes inanimé on essaie toujours de réanimer les gens. Il y a toujours un espoir. Nous avons travaillé très dur pendant environ une demi-heure, mais il n' y a eu aucune réponse. C'était vraiment un exercice inutile. Quelqu'un m' a dit:"Tu sais qui c'est ? C'est Jimi Hendrix "et bien sûr, j'ai dit:" Qui est Jimi Hendrix ?"La quantité de vin qui était sur lui était tout simplement extraordinaire ", déclare Bannister chez lui à Sydney. "Non seulement était-elle abondante à travers ses cheveux et sa chemise, mais ses poumons et son estomac étaient absolument pleins de vin. Je n'ai jamais vu autant de vin."


Selon Tappy Write, road manager d'Hendrix, Michael Jeffery lui aurait confié un mois après le décès d'Hendrix, avoir tué Hendrix avec des collègues en ayant recours à la torture militaire du Waterboarding (forcer quelqu'un à boire une quantité importante de liquide jusqu'à la noyade, d'ou la présence d'une grande quantité de vins dans les poumons à l'autopsie).  Jimi Hendrix était fiché par le FBI et le COINTELPRO pour action subversive de part ses propos et ses liens présumés avec les Black Panthers. Différentes hypothèses ont été évoquées, celle d'un assassinat par son producteur Mike Jeffery pour obtenir son assurance vie, celle des liens de Jeffery avec le MI6 et d'un assassinat programmé par la CIA et le FBI comme un certain nombre de Black Panthers dans les années soixante, au travers de l'opération MK Chaos planifié par le FBI.

 

Le Figaro Jimi Hendrix : la thèse de l'assassinat relancée
"...Si cette nouvelle version peut surprendre, elle vient tout de même corroborer certains doutes qui planaient déjà autour de la mort du virtuose de la guitare électrique. D'abord, le témoignage de la fameuse Monika, qui, selon les enquêteurs, est toujours restée très évasive sur cette fameuse nuit du 18 septembre 1970. Et qui, de surcroît, était absente au moment où l'ambulance est arrivée. Mais aujourd'hui, impossible d'en savoir plus sur elle : l'ancienne petite-amie du chanteur s'est donnée la mort en 1996.
Plus troublant encore, le récit de John Bannister, le chirurgien qui a tenté de sauver Jimi Hendrix à son arrivée à l'hôpital. Ce dernier a toujours trouvé étrange que le taux d'alcool dans son sang ne soit pas compatible avec la quantité de vin retrouvée dans son estomac lors de l'autopsie.

Reste qu'en 2000, déjà, la journaliste Alex Constantine racontait dans un livre, «The covert war against rock», la même version que James Tappy Wright. Selon elle, le manager du chanteur aurait confié au producteur Alain Douglas être «impliqué» dans la mort de Jimi Hendrix, deux jours seulement après sa mort..."

 

Plus récemment, le Dr Michael Hunter, analysant le cas pour la chaîne étatsunienne grand public ReelZ (Vidéo ci-dessus datant de 2016), considère qu'Hendrix serait mort suite à l'absorption de 9 barbituriques (QuinoBarbital) dont un taux élevé a été retrouvé dans ses urines et invalide l'hypothèse de la noyade forcée dans l'alcool (Waterboarding) de Tappie Wright considérée comme plausible par le Dr Bannister. Il considère que les manoeuvres effectuées  par les ambulanciers sur un Hendrix ont contribué à envoyé une grande quantité de sang de l'estomac dans ses poumons.

Selon Tappie Write, road manager d'Hendrix, Michael Jeffery lui aurait confié avoir tué Hendrix avec des collègues en ayant recours à la torture militaire du Waterboarding (à 29'15" sur la vidéo). Le Dr Michael Hunter sur la chaîne REELZ évoque un décès suite à l'ingestion de 9 barbituriques et réfute l'assassinat

On ne soulignera jamais assez le génie extraordinaire aux multiples facettes de Jimi Hendrix. Voici deux morceaux incroyables d'Hendrix en avance sur tout ce qui se faisait à l'époque dans le monde du rock et jetant les ponts entre musique rock, free jazz et musique classique d'avant-garde. Son interprétation de Star Spangled Banner, l'hymne étatsunien et Machin Gun sont deux morceaux profondément antiguerre et anti-impérialistes où Hendrix sait suggérer avec sa simple guitare, les cris, le son des sifflements des bombes et des bruits de mitraillettes non sans résonance avec les horreurs de la guerre du Vietnam :
"On ne cherche pas à dénigrer les Etats-Unis. On reflète l'ambiance des Etats-Unis aujourd'hui. C'est un peu électrique" dira-t-il après son interprétation de l'hymne étatsunien à Woodstock rejoignant à sa façon l'avant-garde de la musique contemporaine classique de boulez et de Pierre Henry dans le domaine de la pop. Une sorte de free-rock d'avant-garde  exprimant une révolte antiguerre par ses seules accents musicaux. C'est toute l'histoire des Etats-Unis qui est revisitée et condensée dans ce morceau : de l'histoire des Indiens d'Amérique (dont il est originaire) et de la cavalerie US (à 2'52") jusqu'aux bombardements US au Vietnam. Un puissant acte de subversion sans parole. Du grand art !

Un morceau toujours d'actualité.

Et enfin, le génial et inégalé "Machin Gun" qui se termine par cette sentence Hendrixienne : "Ca c'est ce que nous ne voulons plus jamais entendre".

Articles traduits sur SLT cette semaine :
- Révélations : le Pentagone à acheté jusqu' à 2,2 milliards de dollars en armes soviétiques pour les rebelles syriens (OCCRP)
- L'adjoint d'Assad déclare que la Syrie combattra n'importe quelle force, y compris les milices soutenues par les Etats-Unis (Reuters)
- Les forces de sécurité israéliennes forment des policiers étatsuniens malgré un passé chargé de violations des droits humains (The Intercept)
- Les troupes de la coalition dirigée par les États-Unis étaient aux côtés des unités des FDS lorsque les forces russes ont bombardé les "forces partenaires de la coalition" (Southfront)
- Le Venezuela commence à publier le prix du pétrole en yuan (Zero Hedge)
- [Vidéos] Roger Waters, le fondateur de Pink Floyd déclare que le mouvement du BDS est l'un des exemples les "plus admirables" de résistance dans le monde (Democracy Now)
- Exclusif. Expéditions d'armes étatsuniennes en Syrie. Le fret délicat de Ramstein (Süddeutsche Zeitung )
- Israël menace d'entrer en guerre contre la Syrie du fait de la présence iranienne dans le pays (American Herald Tribune)
- La Chine soutient l'appel des Nations Unies pour la justice au Yémen, mais les États-Unis et les Saoudiens le refusent (Reuters)
- Exclusif. Les États-Unis ont envoyé des armes en Syrie en utilisant la base militaire allemande de Ramstein - rapport (Deutsche Welle)
- L'armée syrienne enfonce les lignes de défense de l'EI au nord de Deir Ezzor (Al Masdar News)
- Comment les femmes furent aux commandes des Black Panthers (TeleSur)
- Le Sénat des Etats-Unis vote pour plus de guerre (Politico)
- Pékin et Moscou ont travaillé à affaiblir les sanctions contre la Corée du Nord (Bloomberg)
- [Vidéo] "Des bombes fabriquées en Grande-Bretagne et balancées sur des enfants" : des associations critiquent les ventes d'armes au Yémen (SBS)
- [Vidéo] Steve Banon déclare la guerre au Parti Républicain (CBS News)
- Israël et la Maison-Blanche abandonnent le processus de paix (American Conservative)
- Un nouveau conflit se profile à l'Est de la Syrie (Moon of Alabama)
- Ce que nous avons vu en Corée du Nord va à l'encontre de tout ce que les médias occidentaux veulent nous faire croire (American Herald Tribune)
- Les médias israéliens demandent aux États-Unis de se préparer à la guerre contre la Syrie, la Russie et l'Iran (Al Masdar News)
- La visite "secrète" du prince héritier saoudien en Israël provoque une agitation diplomatique (Zero Hedge)
- Une coalition dirigée par les États-Unis bombarde une colonne militaire syrienne près de Deir Ezzor - Médias (Southfront)
- Qui est le théoricien du complot islamophobe derrière l'histoire saoudienne de la "répétition" du 11 septembre en Arabie saoudite ? (Al Bawaba)
- Le gouvernement saoudien aurait financé une "répétition" du 11 septembre 2001 (New York Post)
- Emmanuel Macron sera encore un autre président français raté (New York Times)

Revue de presse n°10. Réseau US d'armes en Syrie; Collaboration française au Yémen; les USA protègent l'Arabie; Polémique Trump-May; Abandon du processus de paix en Israël; 11 septembre 1973 et 2001; Polémique autour de la mort d'Hendrix

Archives

À propos

Blog contre le racisme, le (néo)colonialisme et l'impérialisme